Chapitre 4 : Faite vos jeux

Le petit groupe a donc perdu un membre pour en retrouver un autre, un retour à la case départ si l’on veut. A ceci près que Peria qui erre à présent dans une région lointaine des enfers, va faire la rencontre d’un autre gardien des enfers. Une gardienne pour être précis, il s’agit de la Déesse du plaisir et de la tentation Lucifer. Surement la pire divinité a croisé en enfer qui soit, son sadisme n’a aucun égal, même pas le mien.

Tous les gardiens des enfers ont été mis au courant de la présence de quatre êtres encore vivant au sein de leur territoire que sont les enfers. La plupart ont choisi d’ignorer le fait, mais Lucifer à elle vu une occasion en or de joué avec de pauvres âmes. Elle a récupérer Peria et se sert de son esprit complétement anéanti et encore sous le choc pour en faire un bon petit serviteur. En tant que divinité symbolisant le sexe, je ne vous ferai pas un dessin, mais la pauvre Peria va vivre encore des dizaines et des dizaines de fois ce que les Micra lui en fait subir précédemment.

De leur côté Joyce, Grayn et Ninui tentent de regrouper des informations comme faire ce peut afin de retrouver leur camarade.

Cependant, retrouvé Peria ne va pas être aussi difficile qu’il y paraît. Pour une raison simple, l’un des jeux préférer de Lucifer, n’est autre que l’arène. L’arène est le plus grand rassemblement des enfers qui soit, sans compter les batailles. Un immense stade aux allures gallo-romaines accueillant près de quarante mille spectateurs, le tout gardé par des dizaines de grands démons à la solde de la gardienne des enfers. Le but de l’arène dépend essentiellement de l’humeur de Lucifer, dans l’immédiat il va rester des plus classiques. Peria va se retrouver complétement nue, sans aucune arme et va devoir combattre les différents ennemie qui vont lui faire face.

Et petit détail qui a toute son importance, avant de commencer ces jeux, Lucifer a ordonné qu’on lui amène les trois compagnons de Peria. Elle va les droguer afin qu’ils regardent tranquillement les combat de leur camarade. Un sort qui s’acharne terriblement donc sur la pauvre Peria.

Joyce, Grayn et Ninui qui étaient toujours dans leur recherche d’information, vont être contacté par Elisius l’un des grands démons les plus proches de Lucifer. Ce dernier vient à leur rencontre en leur jurant savoir où se trouve leur amie. Joyce bien que très méfiant n’a aucune autre piste à sa disposition. Grayn est lui aussi resté sur ses gardes, lui qui d’habitude ne fait guère attention aux détails, devient de plus en plus pointilleux depuis son arrivée en enfer. Les deux Bolduines devenus méfiant comme jamais, décidé néanmoins de suivre le grand démon, Ninui les suit sans poser plus de question. Ils arrivent alors à l’arène, puis sont mené directement dans les quartiers privés de Lucifer en personne. La Déesse trône dans un grand siège molletonné, elle dégage une prestance qui soumettrai n’importe qui, sa beauté sans égal en vient à faire rougir les deux Bolduines pourtant toujours autant sur la défensive. Mais le mal est déjà fait, la pièce est remplie d’un aphrodisiaque extrêmement puissant, seul Lucifer elle-même peut y résister. Les trois congénères sont d’ores et déjà tomber dans le piège de la Déesse, qui s’approche alors avec délicatesse et volupté de Grayn, lui susurre quelques mots à l’oreille, puis s’en va par la porte derrière lui. Aussitôt Grayn s’empresse de la suivre, lui courant après dans un long couloir, sans savoir vraiment pourquoi Joyce et Ninui suivent sans broncher.

Le couloir débouche alors dans un grand éclat lumineux sur l’arène. Des milliers de personne sont en train de clamer en cœur Lucifer, Lucifer ! Lucifer ! La Déesse s’installe alors sur une grande banquette, située sur un promontoire à mi-hauteur de l’arène légèrement avancée vers la scène se trouvant au milieu. Une fois allonger sur la banquette, elle fait signe à Grayn, Joyce et Ninui de la rejoindre, ce qu’ils font sans se faire prier.

Lucifer fait alors un geste en levant sa main en l’air, aussitôt tous les gradins devienne silencieux, un silence rare en enfer. On entend alors plus qu’une seul chose, des bruits de pas lourd, ainsi que des bruits de chaîne se balançant au rythme de ces mêmes pas. Une caisse faite de bois et de fer est alors amené au milieu de l’arène par deux hommes en tenue de gladiateur. Je n’ai jamais vraiment compris le délire derrière tous ces accoutrements, mais il semble que Lucifer aime beaucoup ce genre de mise en scène. Les deux hommes se retirent, la cage est pour le moment toujours au beau milieu de l’arène, le public retient son souffle, comme pour mieux faire éclater sa joie et son excitation dans quelques instant. Puis soudainement la porte devant tombe, puis les trois autres côté de la cage tombent à leur tour, pour laisser apparaître Peria, nue comme un ver. A cet instant le public lance une clameur, d’une force telle qu’on peut sentir tout le bâtiment trembler d’impatience.

Devant cette scène, Joyce et Grayn semblent indifférents, comme s’il s’agissait d’une inconnue. Peria elle non plus ne semble pas porté plus d’attention que cela à ses deux camarades, pas plus qu’au faite d’être nue devant des milliers de personnes. A présent une porte de l’arène vient de s’ouvrir, il en sort un homme en armure massive, il est gigantesque. Un mastodonte de la nature, il est le premier combattant qui va affronter dans cette soirée Peria. La Bolduine le dévisage rapidement, puis lui tourne le dos et commence à partir en direction des gradins opposés. L’homme prend immédiatement cela pour un affront et fonce alors droit sur la Bolduine désintéressée. Mais malgré sa stature impressionnante, le cuirassé se voit embroché par une lame de terre tout droit sorti du sol, alors qu’il s’approchait à quelques mètres de Peria. Le public entame quelques secondes de silence stupéfaites, puis une clameur d’excitation sans pareil résonne dans toute l’enceinte. Lucifer esquisse un léger sourire, puis fait un signe différent de la main à un homme sur sa gauche. Suite à cela trois portes s’ouvrent dans l’arène, des grognements se font entendre, des grognements de bêtes sauvage. Trois créatures sortent à l’unisson, il s’agit de Darnpolites, une espèce très ancienne qui vivaient et servaient les Démon d’Erèbe. Ce sont des créatures bipèdes recouvertes à soixante pour cent de poils, doté de mains pourvu de griffe acéré. Cette espèce a été domestiquée pour faire la guerre et son évolution aux cours des siècles a suivi ce chemin, en faisant des combattants hors du commun. Bien que ne possédant aucune haura, leur force physique est énorme, mais ce qui fait d’eux une vraie menace c’est leur agressivité sans pareil. Ils ne connaissent pas la peur et quasiment pas la douleur.

Les trois vont se lancer sur Peria simultanément, la Bolduine reste toujours aussi nonchalante vis-à-vis de ses adversaires. Elle va arracher un bras au premier ce qui le stoppera dans son élan, puis va prendre le deux autres chacun par une main à la gorge et à l’aide de son haura d’Exia va leur planter un pieux en terre dans la nuque. Le troisième qui vient de se remettre de la première attaque, charge de nouveau Peria. Qui va alors se créer une épée en terre imprégner d’haura noire et va lancer une mini lame d’haura pour faire voler la tête du dernier Darnpolites. Le spectacle est sanglant, le public en redemande dans une joie toujours aussi effrénée. Lucifer décide donc de mettre fin à l’échauffement et envoie un morceau de taille.

Une haura immense se fait alors ressentir dans l’arène, de l’une des portes d’accès on peut sentir l’atmosphère devenir plus lourd. Les spectateurs retiennent leur souffle entre excitation et stupéfaction, la puissance qui émane de la porte n’est pas anodine, elle n’est pas non plus humaine, Clusia, Exia ou tout autres grandes espèces connue. Non il s’agit de l’animal de compagnie personnel de la Déesse du plaisir et de la tentation, il se prénomme Ajus. Il s’agit d’une créature mythique que Lucifer m’avait demandé de lui créer pour les enfers. Il fait dans les quatre mètres de haut, pèse une dizaine de tonnes, sa tête se compose d’une gueule plutôt féline, suivi du reste d’un crâne de taureau avec des cornes s’apparentant à un dragon. Je vous rassure cette chose ne crache pas de feu, ce privilège est laissé à Zérilas seul, pour finir son corps est mi- humain mi- reptilien, il possède un torse humanoïde avec deux bras et des mains, mais ses jambes s’apparentent plus à celle d’un lézard et pour finir tout ceci, une queue d’environ cinq mètres met un terme au corps de la créature. Sa force dépasse toutes commune mesure en enfer, aucune autre créature spécifique à ce lieu n’est aussi puissant physiquement que cette chose. Il possède une haura rouge de Clusia correspondant à un grand démon supérieur. Peria qui fait maintenant face à son adversaire, reste toujours aussi évasive dans son comportement, le sort l’ayant rendu totalement dépourvu de peur. Ajus pousse un rugissement du tonnerre, la foule des spectateurs fait un moment de silence comme pétrifié par le bruit, puis au bout de quelques secondes un tonnerre d’applaudissement, d’excitation et de cris fait place. Point important à ne pas négliger, Ajus aussi bestiale qu’il puisse paraître est doté d’une intelligence égale à celle de l’Homme. Ce qui en fait un ennemi doublement redoutable, il sert habituellement à régulé les enfers et occasionnellement fait quelques rares apparition ici dans l’arène, au bon vouloir de sa maitresse.

Alors que la tension est à son maximum, Ajus charge le premier, Peria esquive tente une contre-attaque qui n’aboutit à rien en voyant les colonnes de pierre qu’elle envoie se détruire une à une sous les coups de la créature. S’en suit un échange de coup et d’esquive ou la pauvre Bolduine tente de survivre tel un moucheron tentant d’échapper à votre main. Puis vient le moment fatidique où un revers de la queue de l’animal envoie valser le petit corps du Bolduine à l’autre bout de l’arène, juste sous l’estrade de Lucifer, Joyce, Grayn et Ninui assistent toujours nonchalant au spectacle de mise à mort de leur camarade. Peria se relève difficilement, le coup a été rude et les dégâts bien présents. Mais la créature semble s’être stoppé sur injonction de sa maitresse, Lucifer n’agit alors en rien par compassion. Elle profite que Peria soit alors juste sous ses yeux pour la provoquer un peu plus, elle prend la tête de Joyce et la mets soudainement entres ses seins, puis reprends à pleine mains le visage du Bolduine pour l’embrasser langoureusement. Devant cette scène Peria retrouve la raison et passe outre les atrocités qu’elle avait pu vivre dernièrement et vire au rouge colère. La jalousie se transformant en colère puis en haine viscérale. Lucifer n’a même pas besoin d’en rajouter, Joyce toujours sous l’influence de l’aphrodisiaque va de lui-même se placer au-dessus d’elle, lui ôté le tissu recouvrant le haut de son corps et pour finir la pénétrer aux yeux de tous et surtout à ceux de Peria.

L’haura noire de Peria bouillonne, une haura enclin à la haine et très facilement attisé par celle-ci. C’est à cet instant que moi conteur passif plus ou moins depuis le début de cette histoire, vais décider de donner un véritable coup de pousse au destin de mon petit groupe de Bolduine. Je vais alors donner le moyen d’agir à Peria, le moyen de laisser éclater sa colère, sa haine, ni plus ni moins qu’en faisait plus que quadrupler sa quantité d’haura brute, lui donnant ainsi accès à la puissance d’un grand démon. Une puissance égal à celle de Lucifer elle-même, à un détail près, il s’agit de l’haura noire, l’haura la plus nauséabonde chez les Clusia, la plus infâme et insupportable. Peria sans la puissance bouillir dans ses veines, sans vraiment savoir d’où elle provient. Mais l’heure n’est pas à se poser la question du pourquoi ou du comment, la jeune Bolduine crée une épée de terre colossale gorgée d’haura noire et s’en va découper en deux le monstre Ajus. La bête est mise au tapis en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire. Je suis, je dois dire assez fier de ma petite tricherie, Lucifer qui comprend dans l’instant d’où vient le problème préfère évacuer en grommelant et envoie d’un seul coup Joyce, Grayn et Ninui au milieu de l’arène pour faire diversion. Mais la rage de Peria ne s’arrête pas là pour autant, elle alors perdu de vu Lucifer et se met à déverser sa haine sur toute la structure de l’arène, détruisant tout sur son passage, un vrai décor apocalyptique.

Joyce qui recouvrent ses esprits reste semi dégouté par ce qu’il vient de faire à l’instant. Mais le temps n’est pas au remords, la tête froide du groupe reprend les commandes, il emmène avec lui ses deux autres compagnons afin d’évacuer la zone. Peria étant pour le moment hors de contrôle, déchainant son nouveau pouvoir comme jamais. Il me semble alors juste de laissé Peria jouir de se pouvoir encore quelque temps. Et pour cause la Bolduine ne s’arrête plus, elle détruit absolument tout sur son passage, en commençant à sortir de l’ancien territoire du déchu numéro deux. Ses trois camarade suivent la calamité qui s’abat à présent sur les enfers, mais Peria se dirige maintenant vers un front de guerre des plus actif entre le déchu numéro zéro et le déchu numéro un. Soit les deux êtres les plus puissant en enfer et même si Peria possède la force brute d’un grand démon, elle est loin d’égaler l’expérience de plusieurs siècles d’affrontement des deux démons à l’encontre de qui elle va. Lucifer elle-même aurait largement pu tenir tête et battre la Bolduine sous dopage, mais le faite que cela vienne de moi avait suffi à faire laisser tomber le morceau à la gardienne des enfers. Ce qui ne sera définitivement pas le cas des deux déchus.

Peria arrive dans une zone au climat radicalement différent, passant du désert aride au désert polaire. Les enfers regroupe une multitude de climats extrême dont les plus emblématique sont évidemment composé de froid ou à l’inverse de chaud. La troupe de quatre vient d’arriver dans le froid et plus ils vont s’enfoncer dans le territoire du déchu numéro un, plus la température va descendre, pour atteindre les moins cinquante de moyenne.