14 : Un soupçon de démon noir

Le 14 avril 3878 Laurine fit son rapport sur l’évolution de sa mission à l’ensemble des sept esprits de Falcor. Cette réunion avait aussi pour but de soulever un autre problème lié à l’apparition de l’un des piliers. Ce fiant aux événements passé dans l’histoire, les sept esprits en avait déduis que de la même manière à l’apparition de la première génération des quatre piliers. Il y avait de forte chance que les quatre piliers de la deuxième génération apparaissent dans la même année, comme ce fut le cas pour Zamy, Elise, Kami et Akela. Il fallait prendre des mesures sur cette éventualité que, quelque part ailleurs dans le monde était apparu trois autres Clusia surpuissants. Ce qui était d’autant plus inquiétant ce fut qu’aucun d’eux ne s’étaient fait remarqué, aucun média au monde n’avait rapporté l’existence d’être surpuissant. Scénario qui était loin d’être surprenant, si l’on prenait en compte le déroulement de l’apparition de la première génération. Zamy ne s’était fait remarqué en tant que Clusia que bien après avoir développé son haura. Seulement les données n’étaient plus les mêmes, le monde n’avait rien à voir avec celui qu’il était il y eut mille-huit-cent-soixante-trois ans. La première génération ayant eu l’effet de surprise en sa faveur, or la deuxième génération était attendu. Plus d’un pays se doutait qu’elle arriverait un jour ou l’autre. La question que se posaient les sept esprits, était de savoir si oui ou non une autre organisation gouvernementale avait elle aussi commencé à entrainer et encadrer un autre pilier.

Ce que craignaient les sept esprits de Falcor était malheureusement bien fondé. En Istancie un autre pilier était apparu, une femme du nom d’Ardelia détentrice de l’haura noire. Elle l’avait développé suite à un choc psychologique très violent, elle avait été une esclave pour un groupe de mercenaire sans pitié. Ayant été torturé, violé à de nombreuses reprises et ce depuis son plus jeune âge. Alors qu’elle avait survécu tant bien que mal jusqu’à ses vingt ans, elle avait déployé son haura et massacrer tous ses tortionnaires dans un bain de sang d’une violence rare. Elle ne possédait pas comme son prédécesseur une quantité d’haura brute extraordinaire. Au contraire elle restait dans la norme des possesseurs d’une haura noire, soit ceux avec la plus petite quantité brute. Elle en possédait à peine plus que Laurine, elle avait commencé à développer une petit dizaine de techniques. Se servant des données multiples qu’elle pouvait trouver en Istancie sur le démon noir. Son esprit n’était que rempli de haine pour l’espèce humaine, étant devenu un Clusia elle refusait d’être assimilé à un être humain. Même si en réalité les Clusia étaient toujours des êtres humains, elle était venue à une telle haine qu’elle s’était dissocié de sa propre espèce.

Le pire arriva le 17 décembre 3878, lors d’un vote au conseil Istancien pour le passage d’une certaine loi. Ardelia décida de commencer son attaque visant à réduire à néant l’espèce humaine. Elle lança un attentat sans précédent, auquel le pays depuis la disparition des derniers piliers n’était plus habitué à encaisser. Aussitôt les dirigeants envoyèrent un appel à l’aide à tous leurs alliés, Falcor répondit immédiatement présent. Il ne fallait surtout pas que l’Istancie encore fragilisé ne tombe, les sept esprits de Falcor furent mobilisés dans l’instant. Ardelia qui n’était guidé que par la rage agissait de manière très mal organisé. Ce qui la rendait très facile à anticiper, les sept esprits tendirent alors un gigantesque piège. Dans lequel Ardelia se jeta sans réfléchir, elle n’avait suivi aucun entrainement, aucune éducation avec un quelconque rapport dans le domaine du combat et des batailles. Elle fonçait tête baissé sur des infanteries entières et des renforts aériens. Mais aucun des deux pays n’avaient mesuré l’échelle du danger, aucun de ses pays n’avaient affronté de face un grand démon. Il y avait toujours eu un autre grand démon dans chaque camp pour apporter son soutien, se retrouver face à un pilier de la deuxième génération fut bien plus difficile que prévu.

Bien que nécessairement moins puissante que le fut le démon noir à ses débuts, Ardelia restait un grand démon au pouvoir démesurés. Elle balaya sur son passage l’équivalent de deux armées, sa haine décuplant sa force comme c’était le cas lorsque les deux démons noir et rouge entraient dans leur rage dévastatrice. Les sept esprits en déroute devant une telle puissance avaient deux options, rejouer le coup de la bombe atomique qui avait réduit à néant le démon rouge et la Déesse bleue ou faire intervenir Laurine qui était toujours assigné au côté de Yu. La carte de la bombe atomique étant totalement inenvisageable dans une grande ville de cette ampleur, les pertes seraient alors monstrueuses. Les sept esprits décidèrent de laissé faire l’un des leurs, la seule capable à l’heure actuelle de faire barrage à ce monstre.

Laurine fut dépêché sur la zone de combat, elle arriva en catastrophe devant un véritable champ de ruine. Les dégâts étaient déjà considérables, on aurait pu croire à une scène de cinquième guerre mondiale. Lorsqu’elle arriva au contact d’Ardelia, un problème apparu, un problème de taille. Les détenteurs d’haura noire n’étant absolument pas fait pour le combat tant au corps à corps qu’à distance. Il leur fallait nécessairement un objet au travers duquel libérer leur puissance. Hors Laurine n’en avait aucun, c’était comme se battre avec à peine dix pourcent de ses capacités. De l’autre côté Ardelia avait volé une arme lui donnant une écrasante domination sur son adversaire. Elle avait dérobé les dents de la mort, sabres qu’utilisait le démon noir pour se battre. Sabres qui avait été créé par ce dernier, dont la matière avait été modifié et altérer par son haura noire les rendant indestructible. C’était grâce à ceci qu’Ardelia avait pu malgré son inexpérience en matière de combat infliger de si lourd dégât.

Le combat était à sens unique Laurine étant déjà un train de réalisé un véritable miracle en tenant tête à quelqu’un possédant de tels atouts. Mais ce n’était qu’une question de temps avant qu’Ardelia ne mette t’en pièce la pauvre Laurine. Alors qu’elle commençait à se fatiguer dangereusement Laurine fit une erreur durant une parade, aussitôt Ardelia fondit pour la transpercer de part en part. Laurine qui pensait sa dernière heure arriver vit une main stopper nette les deux sabres. Elle pouvait très clairement sentir une autre haura noire, lourde, sombre et étouffante. Un homme se tenait entre elle et Ardelia, il mesurait environ deux mètres, avait une musculature impressionnante, des cheveux longs qui volaient au vent.

???? : « Ces sabres ne t’appartienne pas. »

Une fraction de seconde après avoir prononcé ces mots l’inconnu désarma Ardelia pour lui reprendre les dents de la mort. Laurine ne savait comment réagir, ennemi ou allié ? t-elle était la question qui passait en boucle dans sa tête. Elle était tétanisé de peur devant la puissance de l’être qui venait de la sauver, son corps tout entier lui hurlait de fuir. Mais quelqu’un d’autre avait lui aussi ressentit l’haura démentiel de l’inconnu, Hélène alarmé par l’impulsion d’haura noire qui venait de faire trembler tout The World. Haura qu’elle avait reconnu immédiatement, cette haura imposante d’une puissance jamais égalé. La Déesse des morts se rendit aussi vite que possible vers le lieu de l’affrontement, en passant par le portail du temple d’Isis non loin de là, elle arriva en trombe.

Hélène : « Qui es-tu ! »

???? : « Hmm… »

Hélène : « Tu n’es pas Zamy le démon noir, alors qui es-tu ?! Et surtout comment as-tu pu te procurer son haura ! »

L’individu se retourna, laissant apparaître son visage. Son œil gauche à la pupille verte, d’un vert éclatant comme les yeux du démon noir jadis et un cache œil sur le droit. Son visage semblait calme et son regard posé, il fixa pendant une seconde Hélène. Lui adressa un sourire avant de ce téléporter en partant en un millier de petites particules noires. Cette technique Hélène la connaissait bien, elle l’avait utilisé juste avant pour elle-même se téléporter au temple d’Isis. C’était la technique inventé il y eu longtemps par Zamy pour kidnapper ceux qu’il convoitait vers le monde des morts. C’était ainsi qu’il avait ramené Kami et par la suite Zia dans The World. Technique qu’il avait améliorée afin de ce téléporter lui-même où il le désirait. La seule condition pour exécuter cette technique étant de posséder une haura noire et d’être connecté à un monde parallèle comme The World.

Alors que l’inconnu venait à peine de disparaître, Ardelia pris Hélène pour cible. Ce qui fut une très mauvaise idée tant l’écart d’expérience et de puissance était grand entre les deux femmes. Hélène envoya d’une simple pression de la paume Ardelia voler à une dizaine de kilomètres.

Hélène : « Laurine tu n’as rien ?! »

Laurine encore sous le choc ne sachant quoi penser ne répondit rien. Le général Sandford membre des sept esprits de Falcor et plus grand stratège de son pays, accouru au côté de sa camarade.

Général Sandford : « Laurine comment vous sentez-vous ? »

Laurine : « … »

Hélène : « Elle est sous le choc, il va lui falloir un peu temps pour se remettre de ses émotions. »

Général Sandford : « Bien, mais si je puis me permettre. Que fait une petite fille ici et qui es-tu ? »

Hélène : « Une petite fille ? (Dit-elle en grimaçant). Ah oui, j’avais oublié que j’étais une parfaite inconnue sur Terre… Eh bien enchanté je suis Hélène Déesse des morts à la tête du monde des mort autrement appelé The World. » (Dit-elle avec un sourire crispé craignant la réaction du général.)

Général Sandford : « Ceci ne me dis strictement rien, mais tu as repoussé d’une main l’ennemi qui nous anéantissait il y a encore dix minutes. Je ne peux qu’être reconnaissant. Et impressionné qu’un si petit corps contienne autant de force. »

Hélène : « Qu’est-ce que tu entends par « si petit corps » hein grand con ?! »

Laurine qui venait de retrouver sa lucidité.

Laurine : « Pas d’inquiétude Sandford, c’est une connaissance à moi. »

Une fois le plan de réorganisation et de sauvetage de la zone de combat mis en place, les sept esprits firent une réunion d’urgence dans laquelle Hélène était convié. Elle qui était toujours resté en retrait en bonne gardienne de The World, venait de mettre un pied dans la politique mondiale malgré elle.

Général Sandford : « Commençons cette réunion, tout d’abord je vous présente la dénommée Hélène. Elle a sauvé l’une d’entre nous et se trouve être un grand démon très puissant. Elle est par ailleurs prête à répondre à nos questions sur l’ensemble de la situation dans laquelle nous sommes embarqués. Et pour que les choses soit clair, son corps ne reflète pas son âge réel. »

Arolde : « J’ai cru comprendre que vous étiez en charge de The World, monde légendaire qui aurait été créé par l’un de mes prédécesseur le démon noir en personne. J’aimerai en savoir plus, j’ai encore du mal à croire en l’existence d’un tel monde. »

Général Laticia : « Arolde ne joue pas à ce petit jeu ! Tu connais parfaitement l’existence de The World, tu ne fais qu’essayer de tester notre invité. Elle a largement prouvé sa puissance cela devrais te suffire. D’autant plus que le département des renseignements à de nombreuses preuves récolté à différents moments dans l’histoire attestant de l’existence de The World. »

Hélène : « Ne vous énerver pas pour si peu, je peux comprendre la méfiance qui subsiste dans de tel moment. Arolde étant le chef actuel des Devil Bird, tu as surement eu accès à toutes les données concernant la GAFW lorsqu’elle était encore rattachée à vous ? »

Arolde : « En effet que voulez-vous dire par là ? »

Hélène : « Tu connais en détaille ce qu’est The World je présume, mais tu n’y as jamais mis les pieds. Il te faut du concret ? »

Arolde : « Oui je suis le genre de personne à ne croire que ce que mes yeux me font voir. »

Hélène : « Bien alors nous ferons un petit voyage après cette réunion. » (Dit-elle avec un léger sourire).

Général Sandford : « Revenons-en au sujet principale je vous prie. Hélène en tant que Déesse des morts et grand démon relativement ancien, vous devez pouvoir nous éclairer sur certaine chose. Premièrement comment se fait-il que le pilier détenteur de l’haura noire est eu une aussi grande puissance dès son apparition ? »

Hélène : « L’explication est simple, les Clusia avec une haura noire ont besoin d’une arme pour libérer leur puissance au travers. Ce qui leurs permettent de se battre, il se trouve qu’Ardelia avait volé les armes de son prédécesseur le démon noir. Ce qu’il lui a donné une puissance incommensurable, maintenant qu’elle ne les a plus en sa possession elle ne représente pas un réel danger. »

Général Leif : « Bien ceci écarte un point, maintenant nous avons une autre question qui je pense se trouve dans l’esprit de chacun ici présent. Qui était l’homme, qui est soudainement apparu devant Laurine ? »

Hélène : « Eh bien, c’est la raison de ma présence ici. Ne le prenez pas mal mais d’ordinaire je ne me mêle pas des affaires terrestre, j’ai assez à faire avec The World. Seulement cet homme est un mystère total y compris pour moi, c’est son existence qui m’amène sur Terre afin de pouvoir lever le voile sur son identité. Maintenant il n’y a que deux personnes pouvant aider à résoudre la question, l’une d’elle est dans le coma et l’autre se trouve juste ici. Laurine est-ce que tu as reconnu l’haura de cet homme ? »

Laurine : « Oui après y avoir réfléchis à tête reposée, cet homme avait l’haura appartenant à la présence qui mets déjà apparu lorsque que j’étais jeune et sa voie est elle aussi identique. »

Général Sandford : « Si cet homme est lié à toi depuis ton enfance cela explique son apparition soudaine pour te sauver la vie. Mais selon les capteurs des différents dispositifs qui servent à la détection des futurs Clusia, cet homme avait une puissance dépassant de plus d’une dizaine fois celle des nouveaux piliers. »

Hélène : « Et pour cause, son haura ne lui appartient pas. »

Général Brett : « Ne lui appartient pas ?! Vous êtes en train de dire qu’il est possible de voler une haura ? »

Hélène : « Non quand bien même il serait possible de voler l’haura de quelqu’un, personne n’aurait pu voler cette haura à son propriétaire originel. »

Arolde : « Quelqu’un lui a légué cette haura ? »

Hélène : « Oui et cette haura n’est autre que celle du démon noir aujourd’hui décédé depuis trente-deux ans. »

Laurine : « L’haura de mon père ?! Mais comment ? »

Hélène : « Je n’en sais rien, mais il semblerait que Zamy nous ait laissé quelque chose dont les dimensions m’échappe. Je ne sais ce qu’il a réussi à créer, mais ce qui est sûr. C’est que cet être à la puissance du démon noir et vient de reprendre les dents de la mort. »

Général Sandford : « Devons-nous le voir comme un ennemi ou un allié ? »

Hélène : « Ni l’un ni l’autre, il ne se préoccupe visiblement que de Laurine. Il ne vous aidera pas, tout comme il ne vous attaquera pas. Du moins c’est ce que je pense. »

Après cette discussion plus qu’intéressant pour les sept esprits, un plan de sécurité gigantesque fut mis en place. Il concernait l’Istancie, le Pranamo, Miak, Métria et Falcor ce plan ayant pour but de prévenir une éventuel apparition d’Ardelia. Une fois les préparatifs terminés comme promis Hélène se préparait à emmener Arolde à The World. Ils venaient tout juste d’arriver au temple d’Isis en Istancie.

Isis : « Bonjour maîtresse, vous désirez accueillir un invité aujourd’hui ? »

Hélène : « Isis je t’ai déjà dite mille fois que ces formalités n’était pas nécessaire avec moi. Enfin bref oui je te présente Arolde actuel chef des Devil Bird. Un jeune homme très curieux et d’une intelligence remarquable, j’aimerai lui montré la plus belle création de son prédécesseur. »

Arolde : « Enchanté. »

Isis : « Hmm, je vois et bien bon voyage. »

A ces mots Isis ouvris le portail menant tout droit vers The World. Une fois arrivée devant la grande porte gardée par deux Undertaker, Arolde resta un moment contemplatif devant l’imposante entrée.

Hélène : « Ne reste pas là il y a encore bien plus à voir à l’intérieur. »

Ils entrèrent alors dans un grand hall majestueux empli de dorures qui s’instillaient de mille feux à la lumière. Cette entrée emblématique du monde des morts avait été pensée par Zamy comme une cathédrale aux allures d’un palais dans les cieux. Alors qu’ils continuaient leur visite, Hélène fit entrée Arolde dans un magnifique et grandiose jardin, ou différents êtres se promenaient. Puis ils s’avancèrent tout deux sur un rebord qui donnait sur un panorama exceptionnel, unique en son genre.

Arolde : « Qu’est ce qui se trouve en bas ? »

Hélène : « Les enfers, lieu où règne la terreur sous les ordres de Lucifer en personne. Et si tu regard vers le ciel tu peux apercevoir le paradis tout là-haut. Je ne devrais pas les nommés ainsi, Zamy avait toujours refusé les appellations d’enfers et de paradis, ne voulant pas assimilé ceci aux notions des religions. »

Arolde : « Je… Je n’en reviens pas ! J’ai l’impression de nager en plein rêve. Et tout ceci a été créé à partir de rien, juste avec une imagination débordante et l’aide de l’haura noire ? »

Hélène : « En effet tout ce que tu vois ici, est à la fois physique, palpable et pourtant totalement composé d’haura. »

Arolde : « Pourrais-tu m’en dire plus, sur le fonctionnement de ce monde. Ses règles par exemple, ou encore comment le démon noir avait-t-il fait pour récolter les morts ? »

Hélène : « Je vois que tu es vraiment très curieux. Eh bien ce monde à l’origine ne pouvait contenir que quelques personnes, une dizaine grand maximum. Le démon noir c’est ensuite servi de ses congénères comme base, en premier de sa femme défunte qu’il avait sauvée entre parenthèse et lui avait offert le paradis en guise de repos éternel. Grâce à la puissance de la Déesse bleue qui servait de base fixe, The World a pu s’agrandir, puis Kami le démon rouge est venu apporter un gain de puissance considérable. Puissance nécessaire puisqu’à l’époque le démon noir n’était pas aussi puissant que lorsqu’il est mort il y a de ça trente-trois ans. Il a créé un petit écosystème autonome, en créant les gardiens des enfers qui géraient pour lui cette partie de The World. Il avait aussi conjointement pendant un moment délégué à Kami toute la supervisassions de The world, le laissant agrandir ce monde au fur et à mesure que les morts arrivaient. »

Arolde : « Kami et Zamy étaient allié par le passé ? »

Hélène : « Plus que ça Kami et Zamy était de vieux amis depuis leur adolescence, il y eu certains différents dans leur façon de penser au court de l’histoire. Mais il était comme deux frères. »

Arolde : « Peux-tu maintenant m’expliquer comment les morts arrivent ici, existe-t-il réellement une âme que posséderaient chaque être humain ? »

Hélène : « Oui et non, Zamy a créé de manière artificiel des esprits. En réalité chaque être humain possède une haura en lui, mais seul certain la développe. Zamy par le biais d’une impulsion d’haura avait activé toutes les haura de tous les êtres humains sur Terre. Pas suffisamment pour que cela leur permettent d’utiliser cette dernière, mais suffisant pour que leur haura puisse faire une sorte de sauvegarde de son propriétaire aussi bien physique que mental. C’est ainsi qu’une fois qu’un être humain meurt son haura pareil à une âme rejoins The World. Et comme elle a gardé en mémoire l’esprit et les propriétés physiques de son hôte lorsqu’il était vivant, il devient possible de les faire venir ici. Cette propriété de l’haura s’est avéré héréditaire par la suite, côté très pratique puisqu’ainsi Zamy n’avait pas besoin de projeter des impulsions d’haura de manière régulière. Mais ce procéder ne permet pas de savoir si l’esprit qui est amener par l’haura est réellement celui de l’être humain qui vivait auparavant sur Terre ou une simple copie, sauvegarder de ce dernier. Ce qui implique qu’il y ait de grande chance que lorsqu’un être humain meurt, il meurt toujours comme avant et cela reste un mystère total qu’est celui de l’au-delà. »

Arolde : « c’est époustouflant Zamy était un génie, imaginé un tel processus demande une ingéniosité monstrueuse. Sans parler de la mise en pratique, je ne connais rien à la manipulation de l’haura noire. Mais je me doute que tout ceci ne se fait pas en un claquement de doigt. »

Hélène : « Non, tout à fait Zamy à mit plus d’un millénaire pour arriver au résultat actuel. »

Arolde : « Mais d’ailleurs, avec quoi The World tient-il aujourd’hui puisque tous les grands démons qui l’alimentaient autrefois sont morts ? »

Hélène : « Le système à beaucoup évoluer, avant il fallait qu’un corps serve de fondation et la personne en question ne pouvait alors plus jamais quitter The World. C’était comme une prison, chose qui finit par faire craquer la Déesse bleue dont son corps était la première fondation. Ensuite en plus du premier corps servant de fondation, il en fallait au moins un autre libre de ses mouvements cette fois et c’est celui de Zamy lui-même qui servait à cela. Aujourd’hui le système est très différent, je suis le seul corps fondation de The World. Cela ne veut pas dire que si je meurs The World s’effondre, cela veut juste dire que je suis la seule habilité à modifié The World et à le gérer quoique sous certaines règles. The World à présent s’auto-suffit, toutes les haura qui y sont entrées depuis sa création apporte une énergie suffisamment puissante pour le garder stable sans aucun autre soutient. Bien sûr ma présence ne fait que renforcer la stabilité de ce monde, avec celle de Lucifer qui est la dernière survivante de l’époque des grands démons d’en temps. »

Arolde : « J’en reste toujours stupéfait, ce monde est incroyable un vrai conte de fée. »

Hélène : « Bien maintenant que j’ai tenu ma promesse concernant cette petite visite guider. Je vais avoir besoin de toi et des talents de la section recherche et développement des Devil Bird. »

Arolde : « Hmm, je me doutais bien qu’une telle opportunité n’était pas sans retour. De quoi as-tu besoin ? »

Hélène : « Il se trouve qu’il reste une survivante de la grande époque du démon noir. La fille adoptive de Zamy en personne, la Déesse de la terre Uzumé. Elle est le seul Clusia à posséder une haura verte. Mais depuis l’attaque atomique contre le démon rouge et la Déesse bleue elle se trouve dans le coma. J’ai essayé par tous les moyens que je connais de la faire revenir, mais rien ne marche mes connaissance en médecine ne sont pas assez pointu. Et je connais les capacités sans limite qui sont chez les Devil Bird, je voudrais que tu réunisses ta meilleurs équipe pour venir ici afin d’essayer de la ramener. »

Arolde : « Soit, mais ceci va coûter plus cher qu’une simple visite. »

Hélène : « Tu ne perds pas le nord toi, soit c’est moi qui ai commencé à jouer à ce petit jeu. Que veux-tu de plus en échange de ces services ? »

Arolde : « Je voudrais avoir un accès v.i.p. pour The World, uniquement moi pour pouvoir étudier plus en détail ce monde incroyable. Ce serait possible si je passe par le portail situé au temple en Istancie ? »

Hélène : « Bien sera ton paiement si tu me ramène Uzumé parmi nous, Isis te laissera passé comme si c’était moi qui lui demandait. Toutes fois l’autorisation ne concernera que toi et uniquement toi. Je te préviens que si jamais tu venais à essayer de faire passer quelqu’un en douce Isis t’éliminera toi et n’importe qui d’autre sur le champ. »

Arolde : « Evidemment je comprends tout à fait. Je vais de suite monter ma meilleure équipe de médecins. Avant cela j’aimerai juste voir la patiente pour voir si je peux déjà envisager le matériel nécessaire, cela nous économisera un voyage. »

Hélène : « Oui aucun problème. »

Hélène emmena Arolde au chevet d’Uzumé, la Déesse de la Terre semblant plongé dans un sommeil profond et serein.

Arolde : « A-t-elle montré un quelconque signe d’agitation à un moment donné depuis qu’elle est dans le coma ? »

Hélène : « Non son état est resté stationnaire depuis qu’elle est ici, sans jamais bougé d’un mini-mètre. »

Arolde : « Bien, je vais juste emmener si possible les comptes rendu de ce qui a déjà été tenté pour la ramener. »

Hélène : « Bien sûr, tu peux prendre tout ce qui te sera utile pour la ramener. Alors n’hésite surtout pas à venir me demander. »

Arolde : « Aucun problème, je commence déjà à beaucoup me plaire dans nos accords. Espérons qu‘ils restent aussi étroit pour le futur. »

Hélène : « Ne t’enflamme pas trop jeune homme, tu es déjà un sacré privilégié. Je crois que personne d’extérieure au monde des morts n’en a su autant à son sujet, tu peux t’estimer très heureux. »

Arolde reparti sur Terre, il monta en un clin d’œil une équipe des meilleurs au monde dans plusieurs domaines autour des cas de coma profond. Il comptait bien remplir sa part du marché afin de pouvoir rassasier sa curiosité par la suite au sujet de The World.

SUITE —>