1 : Apprentissage

Après ces brèves présentations Hélène partie à la découverte du monde, du moins l’Istancie en premier lieu pour parfaire son entrainement. L’étape qui suivait étant une sortie hors des frontière du pays là où les Clusia étaient persécuté et systématiquement exécuté dès leur découverte. Hélène partie visiter l’Istancie avec les conseils de Zamy, elle n’était jamais sortie bien plus loin que le village de Banor c’était une grande première. Avant de partir ils passèrent à la maison de Zamy rester inhabités depuis près d’un millénaire.

Hélène : « Pourquoi doit on venir dans cette vieille maison abandonné et toute crasseuse ? »

Zamy : « Parce qu’il nous faut du matériel pour partir en voyage, je ne peux pas laisser une jeune fille de quinze ans partir sans la moindre arme et sans aucun préparatif. »

Hélène : « Mais en tant que professeur vous me protégerez s’il m’arrive quelque chose non ? »

Zamy : « Ah je vois tu crois ça, essais de me toucher pour voir. »

Hélène : « Ouah je vous aie traversé ! Comment ça se fait ?

Zamy : « Je suis une projection d’haura je ne peux pas interagir physiquement de manière directe avec mon environnement. »

Hélène : « Hein ?! Mais alors je vais devoir me défendre toute seule lorsque l’on partira en dehors des frontières de l’Istancie ?! »

Zamy : « Du calme, bien sûr que non, j’ai dit que je ne pouvais pas interagir de manière directe. Mais je peux le faire par le biais d’une certaine arme que nous allons partir chercher c’est la première étape. »

Hélène : « Ah et c’est quoi cette arme ? »

Zamy : « Ce sont les dents de la morts. »

Hélène : « Les quoi ?! »

Zamy : « Ah j’imagine que je ne suis plus au programme d’histoire, tant pis ne t’occupe pas de ça tu comprendras le moment venu. »

Hélène partie accompagné de Zamy pour un long voyage qui devaient les menés jusqu’au siège du conseil des cinq, c’était là où les katanas de Zamy les dents de la mort étaient gardés. Le voyage se fit à pied pour l’entrainement d’Hélène qui devait faire de multiple chose en marchand comme porter des poids et autres exercices pour renforcer son endurance et sa force. Ils arrivèrent dans un petit village à cinq-cents kilomètres de Banor, ils allaient y faire une pause pour se ravitailler et se reposer.

Hélène : « Ce village est encore plus petit que Banor, c’est vraiment paumé dans le coin… Tu pourrais me répondre quand je te parle ?! »

Zamy : « Regarde autour de toi ? »

Hélène : « Hein ?! Pourquoi il me regarde tous comme ça ? »

Zamy : « Ah l’idiote dois-je te rappeler à chaque fois que tu es la seule à pouvoir me voir, tu passes pour une folle qui parle dans le vide. »

Hélène : « Oups j’avais oublié…. »

Zamy : « Et oui ce village est plus petit que Banor, mais c’est un bon endroit pour apprendre quelques techniques un peu spéciales. »

Hélène : « Comment ça ? »

Zamy : « Tu verras » (dit-il avec un regard malicieux)

Ils partirent tout d’abord se réapprovisionner et faire le point sur l’itinéraire à suivre par la suite. Après quoi Zamy envoya Hélène un peu plus loin à côté du village à l’abri des regards. L’entrainement à l’haura à proprement parler allait commencer pour Hélène, elle devait apprendre à maîtriser son haura. Possédant une haura blanche dite commune, car c’était la plus répandue chez les Clusia, Hélène devait apprendre à connaitre toutes les spécificités de chaque type d’haura. L’haura blanche étant la plus polyvalente, un Clusia avec une haura blanche s’il arrivait à la maîtrisé à cent pour cent pouvait utiliser à moindre mesure toutes les techniques propre aux autres types d’haura. Chose que jusqu’ici une seule personne avait réussi, Zia était en effet devenu la femme la plus puissante du monde en apprenant aux cotés de Zamy comment maîtrisé les différents types d’haura.

Zamy : « Je vais t’exposer toutes les spécificités liés à chaque haura, c’est la base pour quelqu’un voulant tirer un profit maximal de l’haura blanche. »

Hélène : « D’accord, mais est-ce que ça veut dire que je peux avoir les mêmes pouvoir que toi grâce à l’haura blanche ? »

Zamy : « Plus ou moins, mais avec une puissance beaucoup moins élevé que si tu possédais l’haura spécifique à ce type d’utilisation. Bien commençons par la base, c’est-à-dire ton haura, l’haura blanche est une haura sans spécificité à part entière. Sauf rendu à un certain niveau de maîtrise elle se montre très polyvalente et permet de pratiquer toutes les techniques de premier niveau lié à la spécificité des autres haura. Maintenant je vais t’expliquer toutes les spécificités de chacune des haura connu à ce jour chez les Clusia, tout d’abord la bleue. L’haura bleu est un haura rare seul deux personnes à ce jour l’ont posséder dans ce monde, c’est une haura qui a pour spécificité de permettre une très grandes précision, cela peut être utile dans un domaine médicale au niveau chirurgical par exemple. Ou encore avec des armes à feu ou toutes autres armes à projectile permettant des tirs d’une précision inouï à très longue distance. C’est une haura minutieuse capable de faire des dégâts invisibles à l’œil nus qui détruise des tissus, comme ceux des yeux, des bras, des jambes, différents nerfs etc. Quelque chose qui peut s’avérer très pratique en combat. Ensuite parlons de l’haura rouge, c’est une haura qui donne une force physique démesuré au Clusia qui la possède, elle peut être concentré dans un membre pour ensuite être relâché très violemment faisant ainsi des dégâts considérable. C’est une haura dévastatrice très efficace au corps à corps. Tout comme l’haura bleue elle est rare deux personnes l’on possédé elle aussi à ce jour. L’haura verte est la plus rare seul Uzumé la possède, c’est une haura qui de base ne se prête pas beaucoup au combat, elle permet une capacité de régénération très importante plus qu’avec n’importe quel autre haura. C’est une haura très proche du vivant, elle peut transmettre son pouvoir de régénération à un autre individu pour le soigner. Quelqu’un possédant cette haura fait un formidable soutient. Toutefois cette haura possède aussi un coté très bestial qui donne à son utilisateur lorsqu’il se retrouve en cas de grand danger une force démentiel et très difficile à maîtriser, un peu comme l’instinct de survie qui te protège de manière inné.

Hélène : « Hmm donc Uzumé doit énormément compter sur ses technique plus que sur la force brute pour gagner ? »

Zamy : « Tout à fait, l’haura verte demande une certaine stratégie lorsqu’on l’emploie à se battre. Mais c’est une haura unique, qu’un utilisateur de l’haura blanche ne peut pas copier. Ensuite viens l’haura noire, que je possède ainsi qu’un seul autre individu à ce jour. C’est une haura avec des capacités un peu spéciales. C’est une haura très peu efficace en matière de régénération et elle ne peut pas être utilisée telle qu’elle en combat. Il faut utiliser une arme qui sert de support à cette haura, en effet l’haura noire peut être utilisé à son maximum à travers des objets en donnant à ceux-ci des capacités très intéressantes. Par exemple en injectant de l’haura noire dans une arme à feu les balles auront des trajectoires rectilignes qui ne pourront être dévié par quasiment rien et les dégâts de ces projectiles seront décuplés de manière considérable. Mais ceci n’est pas la plus intéressante des utilisations de l’haura noire, cette haura à des facultés remarquables en dehors des combats. Sa maniabilité la plus souple de toute les haura permet de créer des mondes entiers constitués d’haura comme le monde des morts. Je suppose que tu sais ce qu’est le monde des morts ? »

Hélène : « Oui c’est un monde qui accueille les morts sous forme de condenser d’haura, on raconte que c’est le démon noir qui la construit. »

Zamy : « Tout à fait. »

Hélène : « Attend voir s’il n’y a que deux personne au monde qui possède l’haura noire, ça veut dire qu’il y a une chance sur deux que tu sois le démon noir non ? »

Zamy : « En effet, mais je te conseil de ne pas jouer au loto aujourd’hui. »

Hélène : « Ah tu n’es pas le démon noir, ça aurait été un peu trop énorme aussi. » (Dit-elle avec un air enfantin)

Zamy : « Bien reprenons, la maniabilité de cette haura permet aussi de créer des attaques à distances en lançant l’haura tel un souffle. Tu vas commencer dès aujourd’hui à t’entrainer pour maîtriser toutes les spécificités de base de chaque haura, cela ne sera pas une chose facile il va falloir que tu supportes un entrainement intensif. »

Hélène : « Oui je suis prête ! »

Zamy : « Bien alors commençons, tu vas d’abord me montrer comment tu te débrouille avec toutes les bases commune à toutes les haura. Commence par me faire un périmètre de détection, ce périmètre doit être comme une extension de ton touché tu dois sentir n’importe quoi entrant dans ce périmètre et en déduire sa nature. »

Hélène : « D’accord, je sais faire, maître Izard m’a appris cette technique. »

Hélène commença son entrainement à l’haura, un entrainement très long, mais vital pour survivre en dehors des frontières de l’Istancie. Ils continuèrent de se diriger vers le siège du conseil des cinq, sur le chemin Hélène eu le temps d’apprendre à manié la spécificité lié à l’haura bleu, lui permettant d’amélioré sa précision. Le faite qu’elle eut réussi à apprendre une spécificité comme celle-ci en si peu de temps était remarquable, il avait fallu des années à Zia pour en arriver à un tel résultat.

Ils arrivèrent au siège du conseil des cinq, à l’entré Zamy dévoila son identité au garde actuel. Il avait demandé au conseil des cinq il y eut près d’un millénaire de gardé ses sabres et qu’il viendrait les chercher un jour ou l’autre. Les membres de l’époque étant tous morts depuis bien longtemps, voir quelqu’un accompagné de l’haura du démon noir leur fit tout drôle. Hélène après avoir passé l’anneau à l’un des conseillé pour qu’il puisse entrer en contact avec Zamy se vit remettre les sabres du démon noir, les dents de la mort.

Zamy : « Hélène ces sabres vont être l’arme par laquelle tu pourras utiliser ma puissance, je vais t’apprendre comment tant servir pour pouvoir manier ma puissance. »

Hélène : « Je vais pourvoir me battre avec un autre type d’haura que la mienne ? »

Zamy : « Oui en quelque sortes, de manière artificielle tout du moins. Tu vas en faits me donner un signal qui me servira à savoir quand déployer mon énergie. »

Hélène : « Hmm d’accord en somme je vais te donner une top de départ pour que tu puisse être synchro dans le combat en lançant ton attaque sur mon ordre ? »

Zamy : « Oui, seulement le problème n’est pas tellement à la synchronisation entre toi et moi. Le problème réside dans ta résistance à l’attaque elle-même. »

Hélène : « Hein ?! Comment ça ? »

Zamy : « Eh bien tu es encore jeune, de plus ton physique est celui de quelqu’un d’encore plus jeune… »

Hélène : « Oui merci je suis au courant ! »

Zamy : « Ne t’énerve pas, je veux dire par là qu’il va falloir que tu puisses encaisser le lancement de l’attaque. Il vaudrait mieux éviter que tu partes en arrière à trente mètres en lançant une attaque. »

Hélène : « Ah je vois. »

Zamy : « On essaye avec une puissance là plus basse possible puis en augmentant petit à petit. Prête ? »

Hélène : « Oui ! »

Hélène encaissa parfaitement le premier niveau de puissance de l’attaque donner avec l’haura de Zamy, le niveau supérieur passa de justesse, le troisième l’envoya valser à une dizaine de mètres. Zamy n’avait alors utilisé qu’à peine vingt pour cent de sa puissance. Hélène avait encore du progrès à faire pour maîtriser tout le potentiel que lui permettait d’utiliser la force du démon noir via les dents de la mort. Mais ses capacités actuelles étaient déjà très impressionnantes et largement suffisantes pour commencer à s’aventurer en dehors des frontières d’Istanciennes.

SUITE —>