0 : Renaissance

Nous sommes le 30 septembre 3812, le monde eut bien changé depuis le schéma géopolitique classique du deuxième millénaire. La planète était à présent gérer et administré quasiment partout pour les plus hautes fonctions par des Exia, qui était à présent la race dominante à l’échelle mondiale. Les êtres humains, Clusia y compris avaient vu leur proportion passé de quatre milliards d’individu à seulement deux, pour environ trois milliards d’Exia. Il existait une échelle raciale très marqué entre les Exia et les humains, les Exia dominants tout. Il n’y avait par ailleurs aucune place pour les Clusia restant, vu comme une menace directe par les Exia, ils étaient tous exterminé à vue sans la moindre hésitation. La culture et tout le domaine de l’architecture avait beaucoup évolué, les grands buildings et autre grands centre-ville avaient quasiment disparu de la surface du monde. Un style différent les avait remplacés, les plus puissants Exia aimaient vivre dans de grande forteresse dans un style plus moyenâgeux, mais toujours avec une technologie et un confort de vie inégalé jusqu’à présent dans l’histoire de toute civilisation.

Il existait néanmoins toujours quelques Clusia en vie, le conseil des cinq subsistait toujours en Istancie. Leur survie était encore possible grâce à différents accords passé par Emie et Uzumé avec les chefs Exia. Ces chefs ne pouvant se permettre une guerre contre de tel monstres avaient laissé l’Istancie devenir un bastion de paix et de sécurité pour les Clusia. Même si certains étaient tentés de rompre cette paix, plus d’un exemple au cours de l’histoire leur avait rappelé que s’attaquer à un grand démon âgé de mille six-cent-soixante-sept ans au sommet de son art, possédant une puissance monstrueuse n’était pas la meilleur idée du monde.

Il y avait dans cette période de grand sommet auquel participait Emie, ces sommets avaient pour débat la place des êtres humains vis-à-vis des Exia et le sort des Clusia. Emie s’efforçait de défendre la cause de son espèce du mieux qu’elle pouvait, mais les avancés pour un respect mutuel étaient très lentes.

L’Istancie était pour la deuxième fois au cours de son histoire un refuge pour les Clusia du monde entier, mais comme toujours ce hameau de paix ne pouvait accueillir tout le monde. Il existait de grande tension, la situation était très délicate à gérer ce qui donnait un travail colossale à Uzumé et Emie qui faisaient marché se pays depuis la quatrième guerre mondiale.

Cependant il existait toujours quelques petits coins paisibles en Istancie où il y faisait bon vivre, le petit village de Banor. Dans lequel l’école d’arts martiaux fondé par le démon noir existait encore et continuait d’enseigné l’art du combat, avec une section spécial haura. Dans laquelle un petit prodige apprenait à contrôlé son haura, elle était vu comme un prodige par le faite que son haura s’était manifesté à ses dix ans. Chose encore jamais vu, normalement les êtres humains qui devenaient des Clusia par la suite développaient leur haura à vingt ans ou plus, mais jamais avant. Les grand démons par exemple avaient tous développé leur haura à partir de leur vingt ans, cette petite fille alors âgé de douze ans était une exception assez méconnue.

Théo Izard 9ème maître de l’école de Banor : « Hélène, fait plus attention à ta garde basse. »

Hélène : « Oui maître ! »

Hélène était ce cas unique dans l’histoire des Clusia, elle n’avait pas de parents sa mère étant morte lors de sa naissance et son père était mort d’une maladie héréditaire très violente. Hélène aurait dû elle aussi succombé à cette maladie, mais ayant développé son haura à dix ans elle ne pouvait plus mourir ni de vieillesse ni de maladie. Elle était ce qui fut appelé autrefois un grand démon, des êtres vivants à travers les âges et les époques. Elle était par ailleurs passionnée par ces grands démons, le jour où elle apprit ou plutôt compris qu’elle était à présent elle-même l’un d’eux, elle mit une ardeur à s’entrainer jour et nuit que personne ne pouvait arrêter. Le dernier grand démon apparu au monde avant elle était Isis entraîné par Uzumé, Uzumé qui c’était maintenant intéressé au cas d’Hélène. Elle était par ailleurs le dernier grand démon actif, Zia n’avait pas donné signe de vie depuis des siècles, Kami s’était suicidé, Tao était dans le monde des morts et Zamy était toujours scellé depuis plus d’un millénaire. Hélène c’était donc pris d’admiration pour la Déesse de la Terre, qui venait de temps en temps la voir dans l’école. Le cas extraordinaire d’Hélène lui avait tout de même coûté quelque chose en retour, en effet lorsqu’un grand démon développe son haura il arrêtait de vieillir, c’était pourquoi Uzumé avait gardé le corps de ses vingt ans. Mais Hélène ayant développée son haura à dix ans allait garder son corps d’enfants jusqu’à sa mort.

Alors qu’elle venait tout juste d’avoir quinze ans pour fêter son anniversaire Uzumé était venu spécialement pour elle. Autant dire que la surprise était de taille Hélène n’avait pas vu Uzumé depuis presque deux ans. Elle avait mille et une questions à lui poser sur l’histoire des Clusia, ou encore des techniques qu’elle pourrait lui apprendre.

Uzumé : « Alors comment va notre petit ninja ? »

Théo Izard : « Très bien elle apprend à une vitesse, je serais bientôt un professeur obsolète pour elle. » (Dit-il en rigolant)

Uzumé : « Ah ah je vois. »

Hélène : « Uzumé ! »

Uzumé : « Ah quand on parle du loup ! Vient ici que je te prenne dans mes bras. »

Hélène : « Mais je ne suis plus une petite fille ! »

Uzumé : « Oui tu as raison, excuse-moi, et c’est d’ailleurs parce que tu n’es plus une petite fille qu’il est tant que je te parle de certaine chose. » (Dit-elle avec un petit clin d’œil)

Uzumé avait en effet certaine chose à dire à Hélène, des choses qui allait l’intéressé à coup sûr.

Uzumé : « Dis-moi Hélène tu es toujours aussi intéressé par tout ce qui touche au grand démon ? »

Hélène : « Oui ! Tu vas m’apprendre une de tes techniques ? »

Uzumé : « Je vais en effet te donner la possibilité d’apprendre, mais je ne serais pas ton professeur j’ai quelqu’un de bien plus qualifié à te présenter. »

Hélène : « Hein ? Mais je voulais que ce soit toi. »

Uzumé : « Je ne suis pas forte en tant que professeur, mais je connais quelqu’un qui lui pourra t’apprendre beaucoup de chose, que personne d’autre au monde ne connait ! »

Hélène : « Vraiment, mais qui c’est ? »

Uzumé : « Ah chaque chose en son temps. »

Uzumé allait présenter Zamy à Hélène, le démon noir était sceller près de la frontière entre l’Istancie et le Pranamo. Pour autant il pouvait toujours communiquer avec les Clusia, seul son corps avait été scellé il n’était pas en phase de sommeil. Ainsi il pouvait toujours se projeter à l’aide de son haura dans le monde des morts tout en laissant son corps physique sur terre. La projection de sa conscience dans le monde des morts était quelque chose de facile, c’était ainsi que tous les êtres « morts » pouvait être accueilli dans ce dernier sous forme d’amas d’haura qui prenaient la forme de leur corps d’autrefois. Mais la projection par l’haura sur Terre elle demandait des conditions bien spécifiques. Pour se faire Zamy avait imbibé d’haura un anneau d’argent, une bague tout ce qu’il y eut de plus simple. Et lorsqu’un utilisateur d’haura la mettait à son doigts, Zamy pouvait alors se servir de l’anneau comme d’un support pour sa projection, ainsi le porteur de l’anneau s’il était un Clusia ou un autre utilisateur d’haura pouvait le voir et l’entendre. De part cette technique Zamy avait continué à donner un coup de main à Uzumé et Emie pendant un petit moment pour gérer l’Istancie, ainsi que les informer des différentes bases et autre secrets qu’il avait disséminé dans le pays lors de sa création. Mais depuis un moment l’anneau était resté dans un temple près de là où Zamy avait été scellé à sa demande, ainsi il pouvait jouer à la création d’une légende comme quoi celui qui serait digne de porter l’anneau se verrait recevoir un grand pouvoir. Zamy avait avec ce petit stratagème eu deux disciples tout en étant scellé.

Hélène : « Où sommes-nous ? »

Uzumé : « Au temple de celui qui va te servir de professeur. »

Uzumé repris l’anneau puis expliqua la situation à son père qui n’avait rien suivi depuis des siècles. Après qu’Uzumé eu fini son exposé sur la situation Zamy fut plus qu’enchanté par le projet et il accepta aussitôt n’ayant de toute manière rien d’autre à faire.

Uzumé : « Tiens Hélène met cet anneau à ton doigts s’il te plaît. »

Hélène : « Euh oui … Hein ?! Pourquoi un chat noir est apparue ?! »

Zamy : « Enchanté je m’appelle Zamy, ravi de faire ta connaissance Hélène. »

Hélène : « Il parle en plus ! »

Uzumé : « Calme toi Hélène et ne crie pas comme ça, si tu le fais en présence d’autre personne ils vont te prendre pour une folle. Seul celui qui porte l’anneau peut voir l’esprit qu’il renferme, ce chat noir sera ton professeur à l’avenir. Alors calme toi et écoute le attentivement il t’apprendra beaucoup de chose. »

Hélène : « Mon professeur va t’être un chat ?! »

Zamy : « Dis petite ce n’est pas très sympa pour moi … »

Hélène : « Euh oui pardon, mais c’est quand même bizarre. »

Zamy : « Tu vis dans un monde avec des êtres qui contrôles des éléments, d’autre qui ont une haura, des immortels et j’en passe, un chat qui parle ça devrait passer non ? »

Hélène : « J’imagine… »

Zamy : « Eh bah ça ne va pas être de tout repos. »

SUITE —>