8 : Ce monde appartient aux Gardiens

Nous sommes le 15 avril 3951, les tensions entre Calbor et l’Empire de Valnor n’avaient jamais été aussi grandes. La situation était plus que délicate, dans ce continent encore faible personne ne voulait subir à nouveau une guerre. Uzumé l’avait bien compris et ne souhaitait évidemment pas envoyer son peuple dans une bataille d’une telle ampleur. Elle décida de prendre seule la responsabilité, elle partit vers l’Empire de Valnor et demanda un combat singulier contre l’Empereur Vhadurion en personne. Uzumé avait l’intention de jaugé la puissance de l’Empereur, qui lui avait exposé une haura rouge redoutable à leur dernière rencontre.

Empereur Vhadurion : « Ainsi la Déesse de la terre veut un combat en face à face. C’est une envie bien extravagante, peut être l’un des sports favori en Calbor ? »

Uzumé : « Loin de là, juste une envie de meurtre et je n’aime pas impliquer des innocents dans mes envie de meurtre. »

Après ce bref échange Uzumé n’attendit pas un quelconque top de départ. Elle se jeta toutes griffes dehors sur Vhadurion, ce dernier esquiva. Puis le combat à proprement parler commença, ils étaient tous deux spécialisé dans le combat à mains nues. Ce qui laissait place à une véritable chorégraphie, un enchaînement de techniques. Techniques qui semblaient avoir certaine bases en commun, aucun des deux ne semblaient avoir le dessus sur l’autre. A chaque coup porter il y avait un coup de rendu, à chaque blessures infligé en venait immédiatement une autre en retour. Mais ce combat allait se jouer sur la distance, Uzumé avait l’expérience et l’incroyable endurance que lui procurait son haura. Bien que l’haura rouge fût connu pour être l’haura la plus endurante des quatre originelles, elle n’était rien face à l’exception que représentait l’haura verte. Le combat durait depuis plus d’une heure maintenant, l’Empereur commençait à faiblir légèrement, Uzumé l’avait remarqué dans l’instant et maintenait une pression constante sur son adversaire. Puis le moment opportun lui apparut, l’Empereur laissa une ouverture dans laquelle la Déesse de la terre s’engouffra en une seconde. Ce fut alors qu’Uzumé tomba à terre, s’écroulant comme si toutes les forces de son corps l’avaient quitté.

Vhadurion : « Et bien que fait la Déesse de la terre au sol, comme une enfant sans défenses ? »

Uzumé : « Que m’as-tu fais enfoiré ?! »

Vhadurion : « Oh c’est vrai tu es totalement paralysé à présent, tu n’as même pas du sentir cette fléchette te piquer non ? Sais-tu ce que c’est au moins ? »

Uzumé : « Tu m’as empoisonné ?! »

Vhadurion : « Non, je dirais plutôt paralysé. La GAFW est un véritable petit magasin de chasse anti-Clusia. A condition d’avoir les fonds financiers suffisant, on peut se procurer de tout là-bas. Et vois-tu se paralysant qui est le seul produit au monde capable d’arrêter un grand démon, à parait-il servit à tuer ton cher père de par le passé. »

Uzumé : « C’est le paralysant d’Akela, aucune trace n’en a jamais été retrouvé comment peut-il encore existé. »

Vhadurion : « Ah erreur, Chiron n’a pas daigné vous révéler le dernier stock qu’il cachait. Décision forte intelligente de sa part, se petit bijoux vient de me sauver la vie après tout. »

Uzumé : « Si tu veux me tuer fais-le et vite avant que je puisse bouger de nouveau… »

Vhadurion : « Te tuer ? Mais tu ne vaudrais rien morte, alors qu’en vie. Oui ta précieuse vie peut servir dans beaucoup de marché très intéressant. Comme si par exemple j’avais envie de marchander avec Calbor, je pourrais alors obtenir beaucoup de chose avec ta vie. Ou mieux encore si j’avais envie de marchander avec The World ? »

Uzumé : « Hmm, tu ne connais pas la Déesse des morts. Tu n’auras rien en échange de ma vie, à part peut-être une guerre. »

Vhadurion : « Bien du coup j’irai marchander avec Calbor en priorité, sur tes conseilles. »

Uzumé : « Qui es-tu en réalité, tu n’es pas un grand démon récent. Tu as trop d’expérience pour n’être qu’un nouveau-né de la dernière génération. »

Vhadurion : « En effet, je ne suis pas né de la dernière pluie. Et mon expérience, je la dois tout comme toi au démon noir. » (Dit-il en esquissant un sourire)

Uzumé : « Comment ça ?! »

Vhadurion : « Emmenez là dans un cachot messieurs et ne l’abimer sous aucun prétexte. »

Uzumé : « Qui es-tu ?!!! »

Vhadurion : « Je suis Vhadurion empereur de Valnor et ancien disciple du démon noir lorsqu’il était sceller par Spika. » (Dit-il avec un air satisfait, alors qu’Uzumé encore paralysé se voyait emmené par les gardes.)

La nouvelle de la captivité d’Uzumé se répandit très rapidement, Valnor en faisait ouvertement la publicité. Le continent Est était de par cet état de fait sous le joug de l’Empereur Vhadurion, la Déesse de la terre représentait une barrière importante contre son influence. Durant ce temps la communauté internationale s’était mobilisée, mais personne n’osait faire quoi que ce soit contre l’Empire de Valnor. Hélène devant l’incapacité des grands du monde à agir, ou même Miak préférait rester campé sur ses positions neutres. La Déesse des morts chef de The World décida d’organiser sa puissance en vue d’un affrontement. Uzumé avait eu tort en pensant qu’Hélène ne bougerait pas, bien au contraire cette dernière voyait une grande sœur en Uzumé. Et pareil à son prédécesseur le démon noir, la Déesse des morts ne laisserait pas tomber un membre de sa famille. Hélène rappela Yu, il était temps de laisser de côté le rôle du représentant pour prendre celui de pilier de l’haura rouge.

Mais quand Yu rentra de nouveau dans le monde des morts, il retrouva une personne. Une personne qui lui était cher et dont jamais il n’aurait cru pouvoir revoir le visage.

Yu : « Laurine … »

Laurine : « Mon amour. »

Les retrouvailles entre les grands démons furent brèves mais intense, ils ne s’étaient pas revus depuis si longtemps. Mais le temps pressait et Uzumé devait être mise hors de danger. Aussitôt Hélène accompagné de Laurine et Yu, se rendit sur Terre. Depuis Calbor ils se dirigèrent directement vers l’Empire de Valnor avec une seule idée en tête, libérer la Déesse de la terre quoi qu’il en coûte. Pour se faire ils réduire à néant la première ligne défensive de l’empire situé juste au frontière entre Hermfried et Calbor. Au bout de deux semaines de combat acharné, après avoir anéanti leurs adversaires, ils eurent une visite inattendue. Vhadurion lui-même se trouvait alors en face d’eux, Laurine était celle qui tenait le moins en place, elle fondit sur lui pour le frapper de toute sa puissance. Mais Vhadurion se contenta d’esquiver.

Vhadurion : « Du calme voyons, je suis ici pour marchander. »

Hélène : « Pour marchander dis-tu ? Moi je suis ici pour te tuer, peux-tu me vendre ta vie marchand ? »

Vhadurion : « Voici donc la célèbre Déesse des morts, tu as hérité de l’humour de master dis-moi, mais pas de sa taille apparemment. (Dit-il d’un sourire satisfait) Je suis en effet ici pour marchander une vie, mais pas la mienne. Je vous propose de vous rendre la Déesse de la terre saine et sauve. Je ne vous demande qu’une chose en échange, le retrait de The World dans les relations internationales, en somme le retour à l’état initial de The World. »

Hélène : « Tu veux que le monde des morts redevienne comme il était avant, qu’il redevienne un monde mystique et brumeux. Tu veux juste m’empêcher de te gêner dans ta future conquête du monde ? Et ma taille t’emmerde ! »

Vhadurion : « Quelque chose comme ça, non évidemment je plaisante. Du moins sur le fait de vouloir conquérir le monde, c’est un rêve de gosse tout ce qu’il y a de plus inutile. Bien d’autre avant moi se sont risqué à ça et ils sont aujourd’hui mort, non moi je demande juste à pouvoir évolué en paix dans mon coin. Et pour se faire, j’ai besoin que The World redevienne l’instance mystique qu’il était à l’état normal et ceux pourquoi son créateur l’avait créé et rien d’autre. »

Hélène : « Et pourquoi devrais-je t’écouter ? »

Vhadurion : « Parce que sinon votre cher Déesse de la terre sera vendu à la GAFW. Pas besoin de vous préciser que Chiron est un homme de science, un tel cobaye le ravirai sous bien des angles. »

Hélène : « Soit j’accepte. »

Laurine : « Tu vas accepter aussi facilement, nous pouvons battre cet homme à nous trois. »

Hélène : « Nous ne savons pas où est ta sœur en ce moment même, veux-tu que je te rappel ce qui est arrivé à Mark. »

Vhadurion : « Elle a beau avoir le corps d’une enfant de dix ans, sa sagesse est hors pair. Tu devrais écouter ta Déesse des morts fille du démon noir. »

Hélène : « Fait attention ma sagesse peut aussi se montrer redoutable s’il le faut, je veux que tu nous ramène Uzumé maintenant. Après quoi nous disparaîtront du monde terrestre. »

Vhadurion : « Ah j’allais oublier, vous l’emmènerez aussi lorsque je vous l’aurai rendu. Je ne veux pas de la Déesse de la terre dans l’ombre de Calbor. »

Hélène : « Temps que je n’ai pas Uzumé, tu n’auras rien du tout si ce n’est une mort douloureuse. »

L’Empereur fit un signe, puis un hélicoptère largua un colis. Dedans se trouvait Uzumé toujours maintenu sous l’emprise du paralysant. Vhadurion indiqua qu’elle serait en mesure de bouger à nouveau sous vingt-quatre heures. Une semaine passa et l’influence de The World ne fit que grandir au sein de la communauté internationale. L’Empire de Valnor était à présent banni de cette dernière à jamais, Hélène ayant récupérer Uzumé n’avait plus à honorer son marché avec Vhadurion.

Jinamalki : « Mon seigneur, la Déesse des morts n’a pas respecté le marché que vous avez passé avec elle. »

Vhadurion : « Bien sûr, qui serait assez bête pour respecter un marché aussi contraignant alors que l’autre parti n’a aucun moyen de vous faire respecter ce marché. Mon but n’était pas que The World se retire de la communauté internationale, bien au contraire je veux qu’il y plante des racines profondes et solides. »

Jinamalki : « Pourquoi dont mon seigneur ? »

Vhadurion : « Tu comprendras bien assez vite, nous avons plus important pour l’instant. Le terrain d’atterrissage pour mes invités est tout prêt à présent il n’y a plus qu’à attendre leur arriver. »

Jinamalki : « Oui mon seigneur. »

Le 2 mars 3954 les Gardiens refirent surface, ils n’avaient donné aucun signe de vie depuis le dernier conflit les opposants à The World. Leur première action fut de s’emparer de l’état d’Hermfried, cet état qui avait été créé par l’Empire de Valnor. Les Gardiens proclamèrent cette nation comme leur pays officiel. Contrairement à ce que la communauté internationale pensait, Valnor ne lança aucune attaque contre la conquête d’Hermfried, laissant les Gardiens libre de s’installer dans le pays.

Ardelia aussitôt après avoir appris le retour des Gardiens se pressa au près d’Arthur et Azur. Ils étaient tous les deux en danger, les Gardiens voyant en Arthur un possible deuxième Dieu de la mort comme son grand-père. Azur entra alors pour la première fois dans le monde des morts, monde créé par celui-là même qui avait détruit et emprisonné son espèce. Ce fut une rencontre des plus déconcertantes pour Arthur, il allait rencontrer ses parents biologiques pour la première fois. A l’âge de quarante-huit ans il allait enfin rencontrer ses parents, lui qui n’était pas un terrien, qui avait été élevé par Ardelia, lui qui ne connaissait rien de sa vraie famille dont tout le monde ou presque connaissait l’histoire. Leur première rencontre fut quelque peu silencieuse dans premier temps. Alors qu’ils se regardaient mutuellement comme s’ils pouvaient voir l’histoire de l’autre rien qu’avec un regard. Puis Laurine pris Arthur dans ses bras, elle tomba en pleure, tout en lui demandant pardon de l’avoir abandonné ainsi. Arthur ne savait comment réagir face à la situation, ce fut Ardelia qui l’insista à mieux connaître ses parents. Arthur et Azur habitaient depuis un moment déjà en Miak, ils n’avaient que peu suivit la progression des relations internationales. Et la réapparition soudaine des six derniers Gardiens avait complétement chambouler leur vie.

En 3956 l’Empire de Valnor laissait croire à la communauté internationale, que ce dernier avait pour ambition de s’emparer de l’île d’Erèbe. Les informations sur cette île étaient restées secrète, seul les plus hauts gradés des pays siégeant à l’assemblée de la communauté internationale, avait été mis au courant par The World de l’existence des démons d’Erèbe et de certaines autres créature pouvant encore vivre sur ces terres lointaines.

Les Gardiens décidèrent alors d’entrer en contact avec la communauté internationale, se déclarant alors comme pacifique. Ils désiraient obtenir un siège à l’assemblé au nom de l’état d’Hermfried, contre quoi il garantissait la stabilité du pays et son soutien à la communauté internationale. De plus les Gardiens se portaient en protecteur fasse à l’Empire de Valnor et annoncèrent la proposition de création du pacte internationale visant à protéger l’île d’Erèbe et ses habitants. Devant une telle proposition la communauté internationale ne pouvait refuser, avoir la puissance des Gardiens de leur côté était préférable que l’avoir contre soit. De plus la proposition du pacte visant à protéger l’île d’Erèbe était soutenue par The World et Satan en personne était apparu pour soutenir l’idée.

Il ne fallut attendre que quelques années pour qu’une guerre ouverte soit déclaré entre les Gardiens et l’Empire de Valnor. Elle débuta le 3 décembre 3957, c’était une guerre d’usure plus que de puissance brute s’entre choquant. Les Gardiens ne faisaient en aucun cas étalage de leur puissance de manière directe. Aucun d’eux ne voulant se risquer devant des armes anti-Clusia que la GAFW avait fourni à l’Empire de Valnor. Rina avait évidemment pour priorité la survie des Gardiens restant, n’ayant plus que six membres.

Alors que l’état d’Hermfried au nom des Gardiens était occupé à faire la guerre à l’Empire de Valnor. Rina chef des Gardiens allait briser le pacte, qu’elle avait elle-même mis en place quelques années plutôt en se rendant sur l’île d’Erèbe. Elle le fera de manière directe, de façon à ce que le monde entier sache que les Gardiens avaient passé un contrat avec les démons d’Erèbe, sans pour autant en dévoilé la nature. Puis dans un même temps Hermfried signera une paix avec l’Empire de Valnor. Devant quoi la communauté internationale qui voulait punir les Gardiens pour avoir brisé un pacte internationale se retrouva sans moyen d’agir. Les Gardiens avaient regagné en puissance et personne ne mettait en doute la dangerosité des six restant, de plus The World décida de ne pas appuyer la communauté internationale conte les Gardiens. Hélène voulant éviter autant que possible un autre conflit direct contre les Gardiens. Le 19 mars 3964 les Gardiens donnèrent au monde un spectacle, dans une démonstration de leur puissance alors jamais vu. Une armée de dix milles êtres tous identiques sortirent des frontières d’Hermfried pour marcher sur les zones neutres au Nord-Ouest. Ces zones neutres étaient alors dirigé par les plus puissante bandes de hors la loi du continent Est, craint par tous les pays alentours, ils étaient considéré comme des ennemis de taille. L’armée des Gardiens n’en fera qu’une bouché, nettoyant la zone de fonds en comble. Pas qu’une armée de dix milles hommes soit si impressionnante, mais cette armée n’était pas composé d’humain. Les Gardiens venaient d’exposer l’une de leurs armes les plus terrifiantes, Rina avait créé une armée de dix milles êtres artificiels. C’étaient des êtres comme Satan, créé à partir de la science des haura et des recherches du démon noir. Cependant ces êtres étaient bien moins élaboré que le corps de Satan et n’étaient pas autonome tout comme ils ne possédaient pas d’haura. Mais c’était des soldats qui ne passeraient à côté d’aucun ordre, qui iraient dans n’importe quel combat sans poser de question. Une véritable armée de robot, qui sur un seul ordre des Gardiens pouvait être envoyé contre n’importe qui.

Hélène devant cette démonstration, venait de réaliser, les Gardiens avaient évolué et s’étaient hissé jusqu’à un pied d’égalité ou presque avec The World. Cette armée ne sortait évidemment pas de nul par, Hélène se doutait que Rina avait réussi à créer un monde parallèle stable et qui lui permettrait de créer ses petits soldats à l’infini. Rina se rapprochait dangereusement du niveau de maîtrise du Dieux de la mort d’autrefois, elle n’avait certes pas la puissance de ce dernier, mais ses connaissances n’étaient pas très loin d’égaler celles de l’ancien Dieux légendaires.

SUITE —>