7 : The World l’origine

Nous sommes en l’an 8, dans une région du monde nommé Vénénis sur le continent Est. Un homme en ce temps-là avait à l’âge de vingt-huit ans créé un groupe de mercenaire, ils étaient trois milles environ. Ce qui avait permis à cet homme à un si jeune âge de rassembler autant de guerrier, était sa force qui résidait dans une haura rouge. Cet homme se nommait Erag, pilier de la génération zéro, premier Clusia détenteur de l’haura rouge et futur Dieu de la guerre.

Erag : « Il est temps pour nous d’aller conquérir et de monter en empire mon cher Nahiche. »

Nahiche : « Mon seigneur, vous voulez vraiment entrer en guerre contre l’état de Vénénis ceux-là même qui viennent de nous payer pour notre travail accompli ? Ce n’est pas quelque chose de raisonnable, ils pourraient au contraire faire de formidables alliés. »

Erag : « Nahiche mon cher, tu n’as rien compris. Je ne veux pas d’allié, je veux des combats, du sang, je veux des guerres. Et si tu possèdes un allié cela veut dire un ennemi de moins et donc une bataille de moins. Et en aucun cas je ne veux et n’ai besoin d’allié, n’aurais tu pas confiance en la force de ton maître ? »

Nahiche : « Jamais je ne douterais de votre force mon seigneur, comment pourrais-je être digne d’être votre bras droit dans le cas contraire. Je voulais simplement vous donner plus de moyen pour des guerres encore plus grandes. »

Erag : « Ne t’inquiète pas, nous aurons plus de moyens, mais ces moyens nous irons les chercher nous-même. Personne ne m’apportera son aide sur un plateau, j’irai lui arraché ses forces de mes propres mains et les feraient miennes. »

Ce fut le 15 mars de l’an 8, que la bataille pour la conquête de l’état de Vénénis se déroula. La puissance naissante d’un grand démon ne pouvait être arrêtée dans un monde qui découvrait à peine l’haura. Les seigneurs de Vénénis n’eurent pas le temps de maudire Erag et sa magie démoniaque à leurs yeux, qu’ils avaient tous perdu la tête sur un bon coup de sa hache.

Erag était un homme dangereux, étant détenteur de l’haura rouge il avait à sa disposition le plus grand potentiel d’haura brute. De plus il était un monstre sanguinaire ne vivant qu’à travers la guerre, il avait tué ses parents à l’âge de douze ans. Il avait pour ambition de conquérir le monde et de faire de la guerre son modèle de vie jusqu’à sa mort. Après la conquête de Vénénis, il partit vers le Nord pour marcher sur l’état de Mounrak, il ne lui fallut qu’à peine deux ans pour s’emparer du pays. Le 3 novembre de l’an 10 il disposait d’un véritable petit empire. Il avait alors entrepris de s’attaquer à l’un des géants du continent Est, le Royaume de Zou, état avec la plus grand superficie du monde. Superficie lui accordant évidemment une quantité de ressources et de soldat quasi illimité, mais plus le défi était grand plus Erag fonçait tête baissé. Il était un commandant se battant avec son instinct et rien d’autre, ce n’était pas et de loin un stratège. Ce qui m’était régulièrement en déroute ses ennemis, bien qu’essuyant lui aussi nombre de défaite, il ne s’arrêtait jamais.

Le 12 août de l’an 12, alors qu’Erag était en pleine bataille contre les armées de Mounrak. Une information forte plaisante à son égard lui parvint. On venait de lui apprendre l’existence d’un autre monstre doté d’une force similaire à la sienne. Un autre homme ayant dépassé les limites du vivant pareil aux démons d’Erèbe, mais pourtant bien humain. Cet homme n’était autre qu’un second pilier. Ce pilier quant à lui avait attaqué l’empire colossal de Miak, première puissance incontesté du monde. Et ce pilier avait amputé de près de la moitié de son territoire le géant Miak, pour en faire son propre royaume. Le nouvel empire se nommait Hellérion et la personne à sa tête n’était autre que Zamy, pilier de la génération zéro, détenteur de l’haura noire et futur Dieu de la mort. A cette nouvelle l’excitation d’Erag était à son paroxysme, l’idée même d’avoir l’opportunité de se battre contre un autre monstre de son acabit le faisait frémir de plaisir. Il était tellement motivé à l’idée de faire la guerre à cet homme, qu’il plia en à peine un an le royaume de Zou. Ce fut en l’an 14 que le royaume s’écroula pour de bon, à partir de cette date Erag était connu et craint dans tout le continent Est. Sa réputation commençait à s’ébruité dans le monde entier, il était alors connu à l’âge de trente-quatre ans comme le Dieu de la guerre. Ce fut en effet le premier pilier à gagner son surnom en tant que l’un des quatre Dieux légendaire.

Il continua se pendant à agrandir son empire jusqu’en l’an 19, après quoi il décida de ne plus faire de conquête. Loin de là l’idée de ne plus faire la guerre bien au contraire, il allait toujours défier tous les états à proximité. Mais il ne les envahissait jamais, bien que les écrasant sur le champ de bataille, il laissait ces états se reconstruire à chaque fois. Ainsi il entretenait la haine de ses pays envers lui et ainsi il cultivait leur motivation à lui faire la guerre. Il avait créé ainsi un moyen d’avoir des guerres à l’infini, en alternant guerre et période de calme pour laisser ses ennemis récupérer. Il lui arrivait même d’aider secrètement certain de ses ennemis à se reconstruire quand cela prenait trop de temps, afin de pourvoir leur faire à nouveau la guerre.

Avec ce système son armée était de loin la plus puissante au monde et ces entrainements grandeur nature visaient un but bien précis. Il voulait augmenter autant que possible sa puissance pour aller défier son congénère tant convoité qu’était Zamy. Zamy lui durant ce temps avait continué la conquête de l’empire de Miak. Il avait fini par obtenir tout le continent Obeta, continent correspondant aux états d’Amba et Vadmintir du 41ème siècle.

Le monde à cette époque antique tremblait devant les deux être paranormaux sortit de nulle part. Le continent Est vivait dans la crainte qu’un jour sur un coup de tête le Dieu la guerre ne s’empare de ce dernier en entier. Mais le jour que le monde aurait dû le plus craindre, était le jour de l’affrontement entre Erag et Zamy. Ce fut en l’an 23 que le choc entre les deux titans eut lieu, mais personne n’aurait pu imaginer ce qui allait se passer, durant quatre ans le combat se limita aux îles contrôlé par Zamy se situant entre Hellérion et le Royaume du Dieu de la guerre. Mais durant ces quatre années Erag aura eu droit à deux duel singulier contre Zamy et par deux fois il aura juré et devant des centaines de témoins avoir tué le pilier de l’haura noire. Mais à chaque fois ce dernier refaisait surface, sans que personne ne sache de quel tour de magie cet homme usait pour revenir à la vie. De plus Erag maintenant dirigeant d’un véritable empire était conseillé et soutenu par de multiple talent. Et à plusieurs reprises ses conseillers avaient mis en place l’assassinat de Zamy. Et à plusieurs reprise eux aussi avait eu la certitude de l’avoir tué, mais Zamy revenait toujours et encore, si bien que le total de ses morts s’élevaient en six ans de guerre contre le Dieu de la guerre à dix-sept fois. L’explication se trouvait dans la nature même de Zamy, il n’était pas un guerrier instinctif, bien que son aptitude au combat était extraordinaire, elle n’était toutefois pas la hauteur des capacités d’Erag et de loin. Mais sa différence de niveau sur le plan de la force brute était largement palier par son intelligence. Zamy était et avait toujours été un grand stratège et un homme curieux, avide de connaissance. Dès lors que son haura s’était manifestée il avait commencé mille expériences, le menant jusqu’à certain moment aux portes de la mort. Il était celui comprenant le mieux le fonctionnement de son haura et surtout celui si intéressant le plus. Il avait déjà compris que l’haura noire était très facile à manipuler, il se battait déjà avec un sabre imprégner de son haura. Alors qu’Erag usait de sa force brute sans vraiment tirer pleinement parti des capacités de son haura, bien que ses connaissances dans l’art du combat et son instinct hors du commun lui permettait de rattraper ses lacunes.

Les différents morts de Zamy, n’étaient évidemment pas des morts. A plusieurs reprises il avait fait semblant, même durant le premier combat singulier contre Erag. Pour le deuxième il avait été sauvé par la capacité de son corps de Clusia à passer en mode hibernation ne laissant apparaître aucun signe vital. C’était surement sa mort la plus réussi, pour les autres tentatives d’assassinat à son encontre, il avait soit utilisé des doublures. Ou tout simplement joué la comédie, comme pour les tentatives d’empoisonnement, un grand démon ne pouvant ni mourir de maladie ni de vieillesse, il était aussi immunisé contre toutes sorte de venin. Seule une attaque physique directe peut alors tuer un grand démon. Et Zamy ayant testé multiples choses sur lui-même, connaissait toutes ses limites et possibilité. Il prenait ainsi un malin plaisir à se joué de ses ennemis, Erag avait fini par le surnommé le non-mort. Puis au fil des années, bataille après bataille, mort après mort, les soldats avait fini par lui donné le surnom du Dieu de la mort. Le dieu qui défie le Dieu de la guerre. Durant cette période Erag n’avait plus du tout porté son attention sur le Sud du continent Est, étant pris d’une joie incommensurable à force de se battre contre Zamy. Il avait enfin trouvé un ennemi à sa hauteur, un ennemi qui lui résistait et lui procurait mille batailles. En comparaison le reste du continent Est était devenu d’un ennui, les batailles classique ne l’intéressait plus. Il guettait le moment où le Dieu de la mort sortirait pour se battre contre lui.

Nous sommes en l’an 34 le 17 avril, alors que le Dieu de la guerre se battait contre le Dieu la mort depuis maintenant onze années. Un autre pilier avait grandi dans le Sud délaissé du continent Est, un pilier qui avait bien l’intention de se mêler de la guerre des monstres du Nord. Il avait unifié une bonne partie du Sud du continent, de manière assez discrète afin de ne pas attirer l’attention d’Erag. Il y avait bien eut quelques batailles lors de sa conquête du Sud. Mais la guerre en ces temps était quelque chose de très courant et plus encore depuis l’avènement du Dieu de la guerre. Personne ne trouvait bizarre que certaines guerres de territoire eut lieu dans le reste du continent Est.

L’homme à la tête de cette unification soudaine était le pilier détenteur de l’haura blanche Shabaka, qui sera connu par la suite comme étant le Dieu des dieux. Son territoire s’étendait à présent de l’ancienne état de Socro jusqu’aux frontière de la puissante Tribu Karati, un empire considérable et largement capable de faire de la concurrence au royaume du Dieu de la guerre.

Et Shabaka ne se fit pas attendre, il attaqua le royaume du Dieu de la guerre par le Sud en passant entre l’Empire de Cralbar et la Région du Feu. L’effet de surprise lui permit de pénétrer en profondeur dans le territoire ennemi. A cette nouvelle Erag décida de stopper la guerre contre Zamy et alla jusqu’à lui proposer la paix après ces onze années de guerre. Zamy en tant que stratège de géni accepta, mais à une condition que lui soit rendu toutes les îles entre Hellérion et le Royaume du Dieu de la guerre. Ainsi que la reconnaissance d’Erag comme quoi l’archipel entre les continents Ouest et Est appartenait désormais à Hellérion et que si jamais il venait à se faire attaquer Erag devrait s’engager à les défendre. Erag accepta le temps pressait et même pour l’homme le plus enclin à faire la guerre au monde, le fait que pour une fois ce soit lui la victime d’une attaque et non l’inverse ne lui avait pas plus.

Il partit personnellement repousser Shabaka, il reprit ses terres à l’ennemi suite à un duel des plus féroces. Les deux piliers s’étaient affrontés dans un face à face qui marquait le premier combat de titan de l’histoire de l’humanité. Un combat qui voyait force brute contre force brute, rien avoir avec les duels que se livraient Zamy et Erag durant leur guerre. Ces duels ci, réduisaient des régions entières en morceaux, Erag bien que doté de la plus grand force brute avait du mal contre l’homme capable d’utiliser les techniques des trois autres haura. Et Shabaka savait particulièrement bien utiliser son haura de manière à copié les propriétés des autre et ceux sans même les avoirs vu une seule fois. Sauf pour la rouge que détenait aussi les démons d’Erèbe et Shabaka vivait près de leur territoire d’origine, il les connaissait donc très bien.

Après deux années de combat entre Erag et Shabaka, le conflit fini sur un match nul. En l’espace de quelques années le Dieu de la guerre avait dû signer une paix et accepté un match nul. Il avait fini par trouver des rivaux colossaux, petit à petit la légende de trois dieux commençait à voir le jour. Erag Dieu de la guerre, Zamy Dieu de la mort et Shabaka Dieu des dieux. Toutefois il existait un quatrième pilier qui ne s’était pas mêlé au conflit entre les trois autres et pour cause se pilier était né sur le continent Ouest. Continent qu’il avait entièrement conquis, sans la moindre bataille. Pendant que ses congénère régnait par la guerre, lui avait gravi les échelons de la société, se servant de son pouvoir comme d’une force de dissuasion. Il avait monté un véritable empire économique qui engloutissait tout sur son passage, jusqu’au 1 mars de l’an 41 où le pilier détenteur de l’haura bleue Thorlak avait finalement conquis tout le continent Ouest. Juste en jouant la ruse de la politique il avait à présent un continent tout entier sous son contrôle. Sa capacité à négocier et à fructifier le moindre de ses investissements, lui valut le surnom du Dieu de la fortune.

Ainsi les quatre Dieux légendaire à l’âge de soixante et un ans étaient tous en place. Ils avaient le monde à leurs bottes et quasiment la totalité du territoire terrestre faisait partie de l’un des quatre royaumes. Ce n’est qu’en l’an 52 que le continent de l’Ouest devint officiellement dans son intégralité le royaume du Dieu de la fortune. C’était certainement l’un des dieux les plus aimé de son peuple, sous son règne le continent Ouest était le plus puissant et ne manquait de rien, les richesses coulaient à flot.

Thorlak fit une demande inédite en l’an 55, il proposa une réunion entre les quatre Dieux légendaires. Il n’avait jamais vu ses congénères et en tant que bon politicien, il était très curieux à l’idée de les rencontrer. Il était surtout très intéressé par le Dieu de la mort, qui était un personnage empli de mystère. Contre toute attente les trois autres dieux acceptèrent cette invitation, chacun avec une idée bien précise en tête et de loin celle de faire la paix. La réunion aurait lieu sur une île entre le continent Ouest et Est, île appartenant à l’empire du Dieu de la mort et sous protectorat du Dieu de la guerre. Ainsi le 19 mai 55 les quatre Dieux légendaires arrivèrent sur l’île d’Alban. L’atmosphère était pesant à un point inimaginable, la pression à l’arrivé des quatre haura étaient époustouflante, chacun cherchant à jaugé la puissance de l’autre.

Dieu de la fortune Thorlak : « Bienvenu à vous très cher et merci d’être venu. »

Dieu de la guerre Erag : « Epargne moi t’es conneries de boniment et viens en aux faits. Pourquoi avoir réunie les quatre hommes les plus puissants de ce monde ici et aujourd’hui ? »

Thorlak : « Pour vous rencontrer dans un premier temps, ma curiosité ne connait pas de limite. (Dit-il avec un léger sourire) Mais évidemment ce n’est pas la raison principal, j’aimerai vous proposer un jeu. »

Dieu des dieux Shabaka : « Un jeu dis-tu, quel est donc ce jeu ? Il a intérêt à en valoir la chandelle. »

Thorlak : « Je vous propose cent ans de guerre sans interruption, cent ans durant lesquels nous nous battrons sans relâche et sans répit. Je pense que vous vous en êtes tous rendu compte, nous sommes immortels à ce titre une centaine d’années est une bonne durée pour un jeu entre immortel. »

Erag : « Cent ans de guerre none stop tu dis ? Je t’aurai peut-être mal jugé après tout. (Dit-il avec un large sourire)

Shabaka : « Dis-moi pourquoi j’accepterai cent ans de guerre entre nous, qu’est ce qui pourrait bien en sortir de positif ? »

Erag : « Tu ne comprends décidément rien, toi le lâche qui préfère attaquer par derrière tout en dérangeant les grands qui se battaient avec honneur. »

Shabaka : « Fait attention chien fou de la guerre, une mauvaise parole de plus et ta tête pourrait bien voler. »

Thorlak : « Du calme, messieurs nous ne sommes pas encore en guerre après tout. Non il y a un vrai but qui nous sera à tous utile, en plus de la petite compétition que cela engendrera entre nous. Mais comme chacun a du s’en rendre compte diriger des empires aussi grand que les nôtres n’est pas une chose des plus aisé. »

Dieu de la mort Zamy : « Et cent ans de guerre nous permettrai de faire un bon ménage, ainsi que d’installé une nouvelle génération qui nous serait entièrement dévoué. Un vrai nettoyage en profondeur, une méthode impossible à utiliser pour un simple mortel, mais pas pour des êtres immortels. Intéressant en effet, si on compte en plus de cela, le renfort et l’assise de notre propre personne et de son image, qui n’en sera que plus forte au fil des années. »

Thorlak : « Un homme qui parle peu, mais qui parle bien. Vous m’impressionner Dieu de la mort, autant que vous m’avez impressionné avec votre compteur de décès. J’avoue que j’étais curieux de connaître votre personnage en face à face et je ne suis pas déçu. »

Shabaka : « Quand ces demoiselles auront fini de se complimenter on pourra peut-être avancer, je ne supporte plus la pourriture qui émane de ce Dieu de la mort. »

Zamy : « Mon pouvoir t’oppresserait il petit Dieu des dieux ? » (Dit-il avec un sourire moqueur)

Aux mots de Zamy, Shabaka sorti de ses gonds et déploya son haura, mais Erag n’était pas de cet avis. Il respectait le Dieu de la mort comme son meilleur adversaire jusqu’à maintenant et ne voyait qu’un lâche dans la personne du Dieu des dieux. Et il le fit comprendre de manière assez directe, il déploya son haura colossale, la plus grande des quatre. Personne dans la pièce ne put s’empêcher de laisser s’échapper un frisson devant la puissance du Dieu de la guerre. Autant l’haura de Zamy était lourde et rempli de ténèbres, elle mettait mal à l’aise les gens autour de lui, mais l’haura d’Erag elle écrasait littéralement les personnes qui l’entouraient.

Erag : « Je te conseille de rester poli le lâche, ou se sera un bain de sang ici et maintenant. Et fait-moi confiance ça ne me prendra pas cent ans pour enlever ta jolie petite tête de tes épaules. »

Shabaka bien qu’étant un homme très orgueilleux et impulsif, n’était pas bête non plus. Il préféra laisser couler et se rassoir en silence. Chacun sachant pertinemment que celui qui aurait le plus de chance de s’en sortir dans un affrontement directe n’était autre que le Dieu de la guerre. Qui pour le moment était plus attiré par le faite de se garantir cent ans de guerre en continu, plutôt que de tuer ses rivaux ici et maintenant.

Thorlak : « Bien, si personne n’est contre ma proposition, je vous propose de sceller notre accords. »

Erag : « Je suis pour. »

Shabaka : « Je n’ai aucune objection. »

Zamy : « J’ai déjà hâte d’y être. »

Sur ces mots les quatre Dieux repartirent chacun dans leur royaume et la guerre débuta le 31 mai 55. Dès le premier mois ce fut une guerre comme jamais la Terre n’en avait connu, le Dieux de la guerre si jetait à corps perdu. Alors qu’Erag tentait de fracasser de toutes ses forces le royaume de Shabaka, Zamy ne le pris pas en traître et parti faire la guerre à Thorlak. Pendant une cinquantaine d’année ce fut des duels opposant à tour de rôle deux Dieux, puis après soixante années de guerre meurtrière dans laquelle des millions de morts avaient été fait. Les duels prirent fin pour ne laisser qu’une mêler général entre le quatre en même temps. Une tuerie comme jamais l’humanité ne pourrait en reproduire, si bien que la guerre était aussi bien entre les royaumes des quatre Dieux légendaire qu’à l’intérieur. Régulièrement il leur fallait mater des rébellions et autres révolutions qui naissaient dans leur mur. Mais la puissance d’un seul homme dans chaque camp faisait tenir le tout, chaque Dieu dans son royaume faisait régner l’ordre. Si bien qu’aucune révolution ne put aboutir. Cependant un peuple avait subi de lourds dégâts durant cette guerre, les démons d’Erèbe qui régnaient sur la Terre de manière pacifique s’était vu chasser et exterminer par deux Dieux en particulier qu’était le Dieu des dieux et le Dieu de la mort. Le premier craignait simplement la puissance de ces êtres qui vivaient principalement à ses frontières. Quant au Dieu de la mort, sa soif de connaissance le rendait fou de joie à l’idée de mettre en place de multiples expériences sur ces êtres eux aussi doté de cette force prodigieuse. Puis enfin le 14 avril 156 cette guerre interminable pris fin, les quatre Dieux ne se réunirent pas pour autant. Chacun était occupé à de nouveau renforcer son royaume, à le rendre encore plus grand, plus fort. Mais ce fut cette fois le Dieu de la mort qui convoqua les quatre Dieux, en leur promettant une récompense pour ces cent années de guerres mené avec brio. Zamy venait de créer l’Olympe, il allait offrir une maison qui garderait la paix entre les quatre Dieux légendaire.

Thorlak : « Impressionnant, que dis-je époustouflant. Ainsi le pouvoir de la mort à des propriétés remarquable mon cher. »

Shabaka : « En effet je suis moi-même bien obligé de le reconnaitre, ce monde est tout simple révolutionnaire. Comme un rêve qui prendrait vie. »

Erag : « Je dois avouer ne pas tout comprendre à son fonctionnement, mais je comprends aisément qu’un monde fait à partir de notre magie et pourtant palpable et bien réelle est quelque chose d’inédit. »

Zamy : « Je vous en remercie et je compte bien mettre à partir d’aujourd’hui se monde à votre disposition. Je ferai construire si vous le voulez bien en accès dans chacun de vos royaumes. Avec bien sûr une garantie et un moyen de contrôle total sur ces accès. Ainsi vous pourrez entreposer ce que bon vous chante ici, il sera à l’abri de tout, vous pouvez même y habité si cela vous dis. Si vous voulez une construction en particulier, un palais, n’importe quoi, vous n’avez qu’à le demander et je le créerai. »

Après cette proposition historique de la part du Dieu de la mort, le monde connu de nouveau la paix. Cette paix qui avait disparue depuis près de cent-cinquante ans, elle venait de réapparaître grâce au Dieu de la mort. Une paix durable, entaché d’une seule guerre en l’an 432 entre le Dieu de la guerre et le Dieu des dieux. Les deux avaient eu des vues sur l’Empire de Cralbar, dernière empire encore intact du continent Est. Pour finir après cinq ans de guerre, le Dieu de la fortune fit entendre raison à ses congénère et coupa l’Empire de Cralbar en deux et le distribua aux deux Dieux alors en guerre. Toutes ces négociations entre Dieux, qui avait solutionné cette guerre et évité bien d’autre à cette époque. Avait été rendu possible grâce à l’Olympe, dans ce monde il était facile pour les quatre Dieux de se rencontrer et de régler leurs différents problèmes. L’Olympe était le symbole qui unissait les quatre Dieux légendaire, si bien que le Dieu de la fortune proposa de créer des audiences. Audiences qui serviraient aux êtres humains à rentrer en contact avec les Dieux. Cette idée séduit très rapidement le Dieu de la mort, qui travailla avec le Dieu de la fortune à sa mise en place. Ainsi les Dieux étaient les juges du monde entier, dès qu’un état n’appartenant pas aux quatre royaumes divins avait un problème à régler, il pouvait demander l’aide et le jugement des Dieux.

Tout se passait pour le mieux sous le règne à présent calme des quatre Dieux légendaires, nous sommes le 14 mai 521. Date à laquelle le monde allait basculer dans une autre ère, une ère qui l’amènera où jamais il n’aurait jamais été possible d’imaginer. Cette date n’était autre que l’avènement de l’ère des Clusia, en effet les quatre premier Clusia qu’étaient les quatre Dieux légendaires, étaient apparu cinq-cent-quarante et un ans plutôt. Mais aucun autre Clusia n’était alors apparu et avec seulement quatre individus, on ne pouvait alors pas parler de véritable ère des Clusia. Juste de celle des quatre Dieux légendaires.

 

Ce fut alors l’apparition du premier Clusia issue de la génération zéro, après les quatre piliers eux-mêmes. Ce Clusia n’était autre qu’Elenna futur femme du Dieu de la mort, futur chef et créatrice des Gardiens.

SUITE —>