9 : Père et fille

Nous somme dans la prison de Calbor en Penvalkia le 14 avril 2196.

Missaki gardienne de la section haura de la prison : « Hmm bien calme aujourd’hui ici… Vous ne préparez pas un sale coup bande de dégénérer ?! »

Missaki était ce que l’on appelle désormais un spectre, en effet les personnes douées d’une haura étaient classés selon des grades de puissance. Les plus puissants étant les démons, cette catégorie avait pour référence les surnoms donné à Kami et Zamy lors de la 3ème guerre mondiale et le grade en dessous était appelé spectre. Ensuite il y avait trois niveaux dans chaque grade, l’inférieur, le normal et celui dit supérieur. Missaki était un spectre supérieur, Uzumé un démon normal, Zamy et Zia était considérer comme des démons supérieur. Cette classification avait été inventée par un célèbre scientifique dans les années 2180, pour faciliter certaines études sur les haura et autres projets portant sur les êtres humains surpuissants.

La prison de Calbor était immense, contenant près de dix milles détenus, c’était la plus grande prison du pays. Mais ce qui faisait sa particularité c’était sa section haura capable de garder enfermer des monstres de puissance inimaginable. Dont Uzumé, la détenue la plus puissante et supposée la plus dangereuse de la prison. Elle avait une gardienne personnel Missaki qui était également doté d’une force extraordinaire, mais loin d’être suffisante si Uzumé voulait réellement sortir, personne à par ses parents ne pourrait l’en empêcher. Missaki avait été placé comme gardienne d’Uzumé non pas pour sa puissance, mais pour sa psychologie elle maintenait des liens avec les détenus de sa section pour les raisonnés, leur changer les idées pour éviter tout accidents. Si les détenus ne se sentaient pas oppresser ils ne deviendraient pas violents, voilà ce qu’était la mission de Missaki. La chose n’était pas aisée du faite qu’Uzumé la prenait pour une peluche et la gardait avec elle de temps en temps la nuit. Ce qui avait fini par créer de fort lien entre elles.

Le 8 mars 2199 la Penvalkia fut attaqué par des groupes armées qui voulaient renverser le pouvoir. Petit à petit ces groupes avaient pris le contrôle de toute la région dans laquelle se trouvait la prison. Ils allaient entrer dans celle-ci et massacrer tout ce qui y bougeait. Mais arrivé à la section haura ils furent stoppé nette. En effet les prisonniers leur barrèrent la route quelques-uns se firent tuer, il y avait quelque utilisateur d’haura chez les assaillants. Ce fut alors qu’Uzumé vis un homme tombé à terre en sang juste devant sa cellule, elle resta muette avec un visage inexpressif. Puis d’un seul coup détruire les barreaux de sa cellule, à la vitesse d’un éclair elle tua tous les hommes armés. Les autres détenus se méfièrent de ce monstre qui ne jouait pas dans la même catégorie qu’eux, Uzumé était le seul démon présent dans la prison les autres étaient au mieux des spectres normaux. Mais avec un calme impressionnant elle retourna dans sa cellule sans dire un mot, comme si rien ne s’était passé. Missaki qui revenait de l’autre bout de la prison alla la voir.

Missaki : « Ça va Uzumé ? »

Uzumé : « Oui, mais j’ai envie de dormir tu viens ? »

Missaki : « Oui » (dit-elle avec un sourire rassuré)

La prison de Calbor était devenu un lieu de non droit que les dirigeant de Penvalkia ne purent jamais reprendre, les détenus géraient l’endroit dont Uzumé avait été proclamé la chef, leur protectrice. Elle avait fini par se faire à cette idée et ne s’en préoccupait pas plus que ça, Missaki ne sachant pas où aller était resté avec Uzumé laissant son rôle de gardienne de côté pour prendre celui d’amante.

Nous somme le 31 mai 2206 à la prison de Calbor gérer par ses détenus depuis maintenant sept ans.

Missaki : « Tu es au courant que le démon noir recommence à avoir une influence sur cette zone, si les dirigeant de Penvalkia venait à lui demander de nous chasser nous serions finis. »

Uzumé : « Ça n’arrivera pas ma chérie ne t’inquiète pas. »

Missaki : « Comment peux-tu en être si sûr ? »

Uzumé : « Hmm… il peut être temps de tout expliquer … »

Missaki : « M’expliquer quoi ? »

Uzumé : « Je vais te raconter mon histoire le comment du pourquoi j’ai cette vie, alors écoute bien je ne répéterais pas deux fois. »

Missaki : « Tu es sur ? Je ne veux pas t’obliger à te rappeler des choses douloureuses. »

Uzumé n’avait jamais raconté à qui que ce soit son histoire, Missaki savait seulement qu’elle avait été emprisonnée pour le meurtre d’un bureaucrate le 23 mars 2181.

Uzumé : « Je suis né dans la région du Misao, une région pauvre et à l’âge de cinq ans une guerre alimentaire a éclaté c’était en 2150 le 19 mars. Mes deux parents sont morts ce jour-là j’aurai du mourir aussi, mais le démon noir m’a fait une transfusion de son sang et contre toutes attentes j’ai survécu. Dès lors le démon noir et Zia ma mère adoptive mon élevé comme leur propre fille, jusque-là j’étais comblé et heureuse je l’ai considérais comme mes propres parents. Mais en 2165 l’Istancie à subit des pressions politiques qui ont fini par mener à une entrée en guerre contre le Pranamo. Mon père qui avait créé ce pays il y a de ça plus de cent ans, si est opposé il a mené une campagne contre cette guerre et les politiciens qui avaient aveuglé le peuple. Pour finir il leur donna un dernière avertissement après quoi il emploierait la force… ils l’ont ignoré. Il a alors tué tous les responsable un par un, mais le dernier avait avec lui des hommes de mains capable de contrôlé leurs haura. Mon père en tua un, mais les six autres avaient été lancés à la poursuite de moi et ma mère. Elle fut gravement blessé devant mes yeux, mon père arriva et la vit dans un état grave ce qui le rendit fou de rage … Et là j’ai vu la fasse noir du démon, je peux te garantir que son surnom n’est pas exagérer. Il m’avait pourtant prévenu quand j’avais dix-huit ans que cela pouvait arriver et qu’alors je ne devais penser plus qu’à ma vie et m’enfuir. Mais la violence avec laquelle il tua les six hommes qui le méritait certes, mais c’était trop pour une jeune femme de vingt ans de voir son père devenir un monstre sanguinaire que rien n’arrête. »

Missaki : « Je vois ce n’est pas quelque chose que l’on aime crier sur les toits… »

Uzumé : « Non. »

Missaki : « Et leur as-tu reparlé depuis ? »

Uzumé : « Non. »

Il y avait depuis peu de l’agitation dans la zone on raconte qu’un jeune démon inexpérimenté cherchait des combats un peu partout pour mesurer sa puissance. Il se prénommait Ike il était classé comme démon supérieur. Mais il faut bien faire la distinction entre classement de puissance brute et aptitude au combat, une grande puissance mal maîtrisé ne fait pas un être surpuissant dépassant tous les autres.

Ike avait entendu des rumeurs sur la prison de Calbor et sa chef Uzumé, il avait dans l’intention de la défier en combat. Ses combats ressemblaient à des duels amicaux rien de bien méchant, c’était juste un jeune un peu fou fou à la recherche de sensations fortes.

Alors que Missaki se baladait à une dizaine de kilomètres de la prison elle croisa la route d’un drôle de garçon, c’était Ike qui se dirigeait vers la prison. Elle se cacha dans un arbre, ayant senti une autre haura puissante et lourde qui se rapprochait. Elle ignorait alors que cette haura appartenait à Zamy qui avait pour mission de calmer le jeune Ike, il arriva devant ce dernier. Ike un peu surpris ne sachant pas qu’il avait à faire à l’homme le plus puissant de la Terre l’interpella comme à son habitude.

Ike : « Hey t’es qui toi ? »

Zamy : « Moi, oh rien qu’un simple promeneur. »

Ike : « T’as de sacré sabre pour un simple promeneur et une haura qui empeste à des kilomètres. »

Zamy : « Un promeneur sportif dirons-nous. »

Ike : « Ouai je vois le genre. »

Zamy : « On m’a envoyer pour calmer un certain Ike, un jeune en recherche constante de combat qui fait un peu chier certains politiciens qui voudraient une région un peu plus calme. »

Ike : « Ah je vois, c’est un gars sympa dans le fond faut pas lui en vouloir. » (dit-il avec un grand sourire satisfait)

Zamy fonça sur lui, Ike eut à peine le temps de se mettre en garde qu’il était à terre et maîtrisé comme un gamin de cinq ans face à un adulte. L’intéresser qui n’en revenait pas, essaya de ce débattre par réflexe, Zamy le neutralisa en un coup.

Zamy : « Fait de beau rêve gamin, quant au chat perché dans l’arbre il ferait mieux de déguerpir avant qu’on me dise de jouer le rôle de la fourrière. »

Missaki s’enfui à la seconde où Zamy avait prononcé ces mots. Une fois retourné à la prison son cœur en battait encore la chamade, elle n’en revenait pas d’avoir vu le démon noir d’aussi près. Uzumé qui avait bien remarqué son affolement lui demanda ce qui s’était passé, elle répondit qu’elle était partie faire un petit entraînement.

Zamy qui avait ramené Ike chez lui, lui passa un savon voyant bien que ce n’était qu’un jeune pas bien méchant ne faisant que s’amuser. Ike promis de ne plus déranger les personnes dans la région d’Istancie, après quoi Zamy le laissa partir.

Ike qui ne savait pas quoi faire s’en retourna vers les alentours de la prison, une fois arrivé devant celle-ci il se mit à faire une petite visite. Jusqu’à ce que Missaki et Uzumé en soient informé et aillent à sa rencontre.

Missaki : « Dis donc toi qu’est-ce que tu fou encore par-là, le démon noir t’avais chopé l’autre jour ? »

Ike : « Hein t’es qui toi ? Et comment tu sais ça ? »

Missaki : « Je l’ai vu t’emmener la dernière fois, ça m’étonnerai que t’es pu t’échapper comme ça. »

Ike : « Je ne me suis pas échapper il m’a laissé partir contre quoi je ne devrais plus chercher d’ennuis dans la région d’Istancie »

Missaki : « Eh bien je te conseille de faire de même ici et de ne pas traîner ! »

Ike : « Je ne fais que visiter rien de plus. »

Missaki : « Ce n’est pas un musé, c’est une propriété privée. »

Ike : « Ah bon cette prison n’appartient pas à la Penvalkia ? »

Uzumé fit alors son entrée et répondu sèchement à Ike.

Uzumé : « Non elle nous appartient et qui t’es toi gamin ? »

Ike : « Oh t’es Uzumé la tigresse de Calbor la grande gardienne de la prison, hier encore je te cherchais. Mais j’ai fait une promesse je vais donc mis tenir. »

Uzumé : « Tu vas surtout partir d’ici, je me fiche bien des promesses que t’as pu faire à qui que ce soit. »

Ike : « A ta place je n’irai pas contre les paroles du démon noir, je l’ai appris à mes dépends. »

Sur ces mots Uzumé attrapa Ike le plaqua au sol puis le fit voler à travers le mur. Il ne fallait pas prononcer le nom du démon noir devant elle et encore moins dire qu’on avait quoi que ce soit en rapport avec lui. Elle bondit dehors Ike se releva puis lança une impulsion, à ce moment Missaki resta paralysé, pas à cause de la démonstration de puissance d’Ike. Mais parce qu’elle sa rappelait des mots de Zamy et cette impulsion allait surement le faire venir.

Missaki : « C’est bon Uzumé rentre je vais m’en occupé. »

Uzumé : « Non je m’en occupe personnellement ! »

Missaki : « Dit pas n’importe quoi t’as pas besoin de porter ton attention sur un gamin comme lui. »

Ike : « Je suis là vous savez j’entends … »

Uzumé : « Mais qu’est-ce que tu as à vouloir que je rentre à tout prix t’as craqué pour ce gosse ou quoi ? »

Missaki : « Pas du tout c’est que … »

Missaki n’eut pas le temps de finir sa phrase qu’une haura lourde et noire se faisait ressentir dans la zone. Uzumé avait une expression de rage sur son visage que Missaki n’avait jamais vu, on vit Zamy arriver à cinq cents mètres sortant de la forêt. Uzumé donna une impulsion d’haura pour signaler à son père qu’il n’était pas le bienvenu, Zamy répondit par une autre impulsion d’une tout autre puissance qui fit s’évanouir le plus faible aux alentours. Ce qui énerva Uzumé au plus haut point, elle se lança vers lui à toute vitesse.

Missaki : « Non arrête Uzumé ne fais pas ça ! »

Elle arriva sur son père le poing en avant, lui donna un coup au visage d’une puissance telle qu’une onde de choc se propagea dans l’air. Zamy n’avait même pas tenté d’esquivé le coup il se redressa vers Uzumé.

Zamy : « Je n’ai pas l’intention de me battre contre toi, je suis venu pour le dénommer Ike. »

Uzumé : « Il est sur mon territoire il m’appartient désormais. »

Sur ces mots Zamy d’un mouvement ample et parfaitement effectuer mit Uzumé à terre sans lui faire le moindre mal. Il se déplaça vers Ike, mais Missaki l’arrêta.

Zamy : « On ne fui pas aujourd’hui petit chat? »

Missaki : « Non aujourd’hui le chat sort les griffes ! »

Zamy maîtrisa Missaki avec la même simplicité qu’avec Uzumé. Ce fut alors Ike qui se mit à côté d’Uzumé qui venait tout juste de se relever, pour contrer Zamy.

Ike : « Il parait que je leur appartiens désormais il est donc naturel de les défendre. »

Zamy : « Je vois qu’il en soit ainsi je vais vous laisser pour cette fois, mais qu’il n’y ait aucun problème dans la région où je reviendrais. »

Uzumé : « Si tu crois tant tirer comme ça ! »

Missaki : « Ça suffit Uzumé il est trop fort même pour nous deux laisse le ! »

Zamy : « Si tu veux régler de vieux compte ne les embarques pas là-dedans je t’attendrais où je t’ai laissé pour la dernière fois. »

Et il disparut à nouveau comme un coup de vent, tel un esprit volatile et insaisissable. Uzumé n’eut pas le temps de le suivre ou même de rétorquer quoi que ce soit qu’il avait déjà disparu.

Missaki : « Tu ne vas pas aller le combattre quand même, t’es folle ou quoi il est dix fois plus fort que nous deux. »

Uzumé : « Il le faut j’ai laissé ça trop longtemps en suspens. »

Missaki : « Il s’est pris ton poing en pleine fasse il n’a même pas bronché dans poil, bon sang réfléchis c’est de la folie ! »

Uzumé : « T’as fini oui ! J’ai pris ma décision un point c’est tout ! »

Missaki : « Tu ne peux pas comprendre que je tiens à toi ! Et que je n’ai pas envie de te perdre sur un coup de tête … »

Uzumé : « Attend Missaki ne part pas … »

Missaki parti remonté contre cette décision stupide d’Uzumé, Uzumé voulu la retenir, mais ne voulais pas renoncer à en découdre avec son père.

Dans la nuit elle partit vers l’endroit où c’était déroulé le dernier combat qu’elle avait vu de son père contre quatre hommes de main y il eut de ça trente-deux ans. Zamy se trouvait là assis il attendait patiemment, Uzumé arriva avec toute sa colère dans ses poings.

Uzumé : « Tu es venu sans tes katanas tu es bien confiant. »

Après ce bref échange à sens unique Uzumé ce mis à frapper de toute ses force contre l’abdomen de son père qui ne bougeait pas d’un mini-mètre.

Uzumé : « Pourquoi tu ne bouges pas ! Je ne suis pas digne de t’affronter c’est ça ?! »

Zamy : « Je ne suis pas ici pour me battre, je ne lèverai jamais la main sur ma fille… »

Uzumé qui frappait en effleurant à peine son père tomba en pleure, à ses pieds.

Uzumé : « Pourquoi je pleure? Pourquoi je n’y arrive pas ? Pourquoi je n’arrive plus à tant vouloir bordel !? »

Elle leva la tête et vis des larmes coulées par dizaine des yeux de son père.

Zamy : « C’était ma faute… je suis désolé Uzumé. »

Uzumé se blottit dans ses bras, elle pleurait tout ce qu’elle n’avait pas pleuré pendant trente-deux ans. Comme une enfant ayant perdu ses parents soulagé de les avoirs retrouvés.

Zamy : « Viens avec moi, ta mère a plus que besoin de te voir. »

Après cet acte de paix entre père et fille la région de Calbor fut rattachée à l’Istancie le 23 mai 2200. L’Istancie était depuis le coup d’état de Zamy pour empêcher une guerre, dirigé par lui-même. Il avait élevé le pays au rang de la plus grande puissance mondiale, il avait alors retrouvé son emprise passé sur le monde et s’imposait en arbitre.

SUITE —>