5 : Quand les puissances s’entre choquent

Sur Terre plusieurs personnes avaient éveillé des pouvoirs surhumains et avaient appris à se servir de l’haura tout comme Zamy, Elise et Kami auparavant. Ils étaient plus ou moins puissant, mais une personne étaient sortie du lot. Aussi puissante que les grands démons rouge et noir de la 3ème guerre mondiale et sans aucune concurrence avait fini par conquérir le monde.

Zamy débarqua dans ce monde qui n’avait plus rien à voir avec celui qu’il avait connu. Il n’y avait plus de pays ou même d’état distinct tout était contrôlé par une seule personne. Ce phénomène avait débuté dans les années 2040 peut après la disparition de Zamy. Au départ cette organisation avait pris le contrôle du monde de manière pacifique en apportant son aide plus qu’autre chose et ne faisait qu’unir le monde. Ce qui aurait pu devenir un monde de paix. Mais il était impossible de garder la Terre entière stable. Malgré un air non menaçant certain s’était levé contre cette unification ce qui avait mené à des guerres dans les années 2060. Guerres qui avaient été réprimé dans la violence et de manières radicales. L’organisation à la tête du monde avait été fondée par une femme du nom de Zia, elle c’était servie de sa puissance démesurée pour protéger les siens. Mais c’était aussi elle qui avait réprimé les guerres à elle seule. Depuis le monde était instable, ne tenant que par une main de fer qui ne cédait rien et écrasait toute forme de rébellion. Zamy avait lui aussi avant la 3ème guerre mondiale participée à la création d’un grand état, l’Istancie. Mais s’était arrêté à l’échelle d’un pays bien conscient qu’il ne pourrait pas tenir le monde entier. Ce pays était maintenant intégré à ce grand système qui s’effritait.

Zamy arriva dans une ville moyenne et commença à rassembler quelques informations sur la situation. Puis il se dirigea vers la maison d’une ancienne connaissance datant de la 3ème guerre mondiale, encore en vie qui habitait dans la grande ville voisine. Il arriva à la maison de son vieil ami, le colonel Zac sacré bonhomme de deux mètres dix de haut avec une carrure d’ours, surnommé le Grizzly. Zamy frappa à la porte, un vieil homme lui ouvrit.

Zac : « Non de dieu ! Oh toutes mes excuses jeune homme, mais vous êtes le portrait craché d’une de mes connaissance de fort longtemps. »

Zamy : « Je suis plus que son portrait craché Colonel Zac dit le Grizzly. »

Zac : « Cela fait bien longtemps que l’on ne m’avait pas appelé ainsi. Alors c’est donc vrai tu avais bien survécu… »

Zac tomba en larme dans les bras de son ancien camarade.

Zac : « Vois-tu ce qu’est devenu ce monde depuis ton départ. Il te disait mort mais je n’y ai pas cru et j’ai bien fais on dirait. Mais pourquoi diable es-tu partie ? Si tu étais resté ce foutoir n’aurait pas eu lieu ! »

Zamy : « Je n’avais plus rien en ce monde Zac et c’est moi qui ait demandé à ce qu’on me fasse passer pour mort. »

Zac : « Non impossible! Je ne veux pas croire que le grand général Zamy le démon noir ait fui ! »

Zamy : « Je n’ai pas fui, mais ce monde m’avait pris tout ce que j’avais, y compris mon ange bien aimé… »

Zac : « Alors c’était vrai Elise est bien morte là-bas… Je suis désolé. »

Zamy : « Ne le soit pas, cela fait partie du passé… »

Zamy laissa s’échapper quelques larmes de ses yeux.

Zamy : « Mais ne t’inquiète pas, je n’ai pas chômé ces dernières années tu t’en rendras compte ce n’est qu’une question de temps et je compte remettre de l’ordre dans ce monde. J’ai une question serais-tu par hasard où ont été embarqué mes katanas j’en ai besoin. »

Zac : « Tu vas y retourner ? »

Zamy : « Je ne sais plus rien faire d’autre. »

Zac : « Alors suis-moi. »

Zac emmena Zamy dans sa maison et au sous-sol dans un coffre cacher reposaient depuis près de cinquante ans les deux katanas surnommé les dents de la mort. Toujours aussi somptueux et délicats.

Zamy : « Tu les as gardé tout ce temps, je t’en suis éternellement reconnaissant merci, merci infiniment. »

Zac : « Ne me remercie pas, avoir une dette éternel à un vieil homme sur le point de cassé sa pipe ne vaut pas grand-chose. »

Zamy : « Au détrompe toi j’ai quelque chose qui t’attend pour après. »

Et Zamy repartis avec ce clin d’œil suspicieux, Zac ne compris pas. Mais il comprendrait le jour de sa mort ce que son ami lui avait réservé comme cadeau.

Zamy ce baladais à moto, une XJR 1300 datant des années 1990, puis des personnes en uniforme lui firent signe de s’arrêter. Il s’arrêta sur le côté le premier soldat lui demanda ses papier. Zamy les sortis, les deux soldats ce regardèrent puis revinrent vers lui.

Soldat : « Dîtes dont vous, il est écrit ici que vous êtes né en 1996 vous devriez avoir quatre-vingt-quatorze ans. Mais vous m’avez l’air plus près de la vingtaine. Vous pouvez nous expliquer ça? »

Zamy : « Ah oui c’est très facile je ne vieilli plus depuis mes vingt ans. »

Soldat : « Ouai c’est ça prend nous pour des cons, t’as des super pouvoirs aussi tant qu’on y est. »

Zamy se rapprocha de leur voiture et la souleva d’une main puis la jeta sur le toit. Les deux soldats surpris n’en revenaient pas, ils reprirent leurs esprits puis voulurent arrêter Zamy pour agression. Il leur montra alors sa carte de général, en disant qu’il leur repayerait une voiture pour ce faire pardonner. Les deux soldats ce regardèrent encore plus surpris et décidèrent d’appeler leurs supérieurs.

Zamy avait dans l’esprit de se faire remarquer suffisamment pour être emmener directement devant Zia la chef des opérations. Pour la faire stopper de gré ou de force son projet qui partait de toute évidence en morceaux.

Zamy arriva devant un haut gradé, il lui montra sa carte de général. A ce moment-là, le haut gradé le regardait et se mit à rire.

Colonel : « Ah elle est bien bonne celle-là en voilà d’un numéro, il veut se faire passer pour un héros de guerre mort depuis près de cinquante ans. »

Un soldat s’approcha du colonel et lui dit dans l’oreille que cet individu avait soulevé une voiture militaire à main nue puis l’avait mis sur le toit. Le colonel ne croyant pas le soldat commença à dégainé son épée et à menacer Zamy.

Colonel : « On va voir si tu es vraiment qui tu prétends être, si tu arrives à survivre à mes attaques j’y réfléchirais peut être. »

Zamy : « Qu’est-ce que tu crois pouvoir faire gamin ? »

Colonel : « Petit insolent tu l’auras cherché ! »

Le colonel chargea, mais avant même d’avoir pu comprendre quoi que ce soit. Zamy bloqua sa lame à main nue et la brisa en deux. Le colonel surpris et prit de peur alerta la garde pour abattre Zamy. Les soldats firent feu à volonté, puis tombèrent tous à terre. Zamy avait la capacité en relâchant sa puissance de faire évanouir les plus faibles. Le colonel planté dans ses bottes en plein milieu paralysé par la peur était devenu blanc comme un linge. Zamy s’en approcha et lui dit un petit « bouh » aussitôt l’homme déguerpi à la vitesse de la lumière en poussant un cri de peur qui résonna dans toute la salle. Il arriva à la porte et fut stoppé nette. Une voie de femme lui dit : « Pourquoi tant d’agitation mon colonel? » c’était Zia qui était venu en personne quand elle avait senti l’impulsion de puissance donné précédemment par Zamy.

Elle regarda Zamy d’un air curieux et lui demanda ce qu’un zombie disparu depuis cinquante ans pouvait vouloir à un monde qui n’était plus le sien. Zamy répondit qu’il était venu cesser les agissements d’une gamine, à qui on avait céder trop de pouvoir. A cette provocation enfantine énoncée avec une certaine malice, elle répondit par deux noms, Miroku et Nei. Deux hommes arrivèrent, l’un était d’une bonne taille, un mètre quatre-vingt-dix tout au plus brun avec des yeux bleu comme la nuit. Le deuxième d’une taille moindre avait les cheveux châtain, des yeux vert et portait une grosse épée qui faisait bien la moitié de son corps. Zia leur donna l’ordre d’abattre l’intrus fanfaron, Zamy prit les deux hommes au sérieux .Il sentait des haura émaner de leurs corps, des haura entrainées et redoutable. Mais Zamy avait maintenant à sa disposition sa pleine puissance depuis que Kami s’occupait de maintenir le monde des morts avec sa seule haura.

Nei attaqua le premier dégainant son épée en un battement de cil et asséna un coup direct à Zamy, qui arrêta la lame à main nue. Nei bien que surpris ne perdit pas ses moyens, son attaque servait de leurre pour permettre à Miroku d’attaquer au corps à corps, ce dernier s’élança à son tour. Mais en une fraction de seconde Zamy repoussa Nei et contra coup de poing contre coup poing Miroku. Les deux assaillants se reculèrent pour mieux juger de leur adversaire, en effet cet échange ne servait cas juger les capacités de l’autre.

Zia : « Sortez d’ici ce bâtiment a couté cher! »

Les trois hommes étaient maintenant dehors.

Miroku : « C’est vrai cette légende sur l’origine du cratère des démons, on dit que c’est le combat entre toi et le démon rouge qui en est à l’origine ? On va voir si tu es aussi puissant que le disent les légendes. »

Zamy : « Je ne suis pas à l’origine de ce cratère, je suis celui qui a encaissé l’attaque qui l’a creusé. »

Nei : « Intéressant. »

Après ce bref échange le combat débuta, Nei et Miroku étaient connus pour être un duo invincible. Personne ne les avait jamais battus même en si prenant à cent contre deux. Zamy avait une réputation légendaire. Mais une légende avait son lot de mensonges, il lui fallait prouver au monde entier que la légende était encore bien vivante. Le combat faisait rage depuis une dizaine de minutes, Nei et Miroku commençaient à faiblir fasse à un Zamy à peine essoufflé. Ils comprirent qu’ils n’étaient pas de taille fasse au démon noir, ils lancèrent leur plus puissante attaque combiné. Une attaque chargé d’haura lancé en parfaite symbiose, Zamy l’encaissa de front.

Zamy : « Vous êtes bon, m’avoir obligé à dégainé mes deux katanas est déjà un exploit vous pouvez être fier gamins. »

Nei : « Il la contré sans subir de dégât ?! »

Zamy : « Je n’ai pas fait que contrer… »

Miroku s’écroula à terre dans une mare de sang, il avait une jambe de coupé nette et tout le côté droit grièvement blessé. Nei en resta paralysé, Zamy laissa s’échapper son côté démoniaque, une ombre terrifiante s’approchait de Nei. Le regard sans vie comme celui d’un monstre, Zamy leva son épée vers le ciel.

Zamy : « Tu as faits couler le sang, ton sang coulera en retour… »

À cet instant Zamy décapita Nei dans un mouvement rapide et précis tel un tueur à gage. Il se pencha vers Miroku qui était à moitié mort.

Miroku : « Enflure maitresse Zia te le fera payer… » (Dit-il en crachant son sang)

Zamy : « Alors suis-je aussi puissance que dans vos légendes ? »

Après ces mots Zamy transperça Miroku en plein cœur.

Nous somme le 14 mai 2090, le temps était clair parfait pour une balade et la mort s’en allait donner son châtiment à ceux qui avaient cru pouvoir devenir des dieux. Zamy quittait les lieux du combat avec un regard digne d’un spectre, laissant les corps de Nei et Miroku au sol comme avertissement pour les prochains fous qui douteraient de sa force.

Il se rendit directement vers le palais, dans lequel se trouvait Zia, il lança une première attaque de front. Son fameux coup d’épée comparable à un bombardement, le coup s’écrasa contre le palais le brisant en partie. Mais quelque chose arrêta sa progression dans le bâtiment, Zia avait stoppé l’attaque par une impulsion d’haura faisant ainsi démonstration de sa puissance. En effet jusqu’alors personne n’eut été en mesure d’arrêter cette attaque et encore moins à mains nues à la seule puissance de son haura. Zia bondit du palais vers Zamy avec une rage dans le regard qui réclamait vengeance pour ces hommes tombés au combat. Mais Zamy dépourvu de sentiments depuis bien longtemps ne répondit que par un regard abrupt et impénétrable. Depuis la mort d’Elise rien ne pouvait le stoppé, le maitriser, ou même lui faire entendre raison une fois partie dans un combat à mort. Il devenait une machine de guerre qui ne s’arrêterait pas tant que la cible tenait encore debout. Zia bien qu’affiché d’une réputation de dictateur sans état d’âme s’efforça d’éloigner le combat de la ville qui comptait près de douze millions d’habitants. Leur combat pouvait être comparé à celui jadis du démon noir fasse au démon rouge, sauf qu’à présent c’était le démon noir fasse à l’ange des enfers. Le combat d’une violence inouïe entre les deux monstres, se déroulait depuis maintenant vingt minutes, Zamy souffrait de blessure sérieuses, il était en désavantage par rapport à Zia. Elle lui porta alors ce qu’elle aurait cru être le coup final du combat en lui plantant le manche de sa faux dans l’abdomen. Mais Zamy releva la tête, regarda Zia avec une expression qui ferait trembler le monde entier. Un regard de bête sauvage ne ressentant, ni douleur, ni peine, bien que transpercé de part en part et un sourire diabolique qui transcenda Zia de tout son être. A cette instant Zamy lâcha les dents de la mort et se mis à transpercer de ses mains le corps de Zia, après avoir subi trois coups Zia se retira d’un coup sec. Retirant ainsi le manche de sa faux de l’abdomen de Zamy. Les deux était blessé à de nombreux endroit, Zamy dégoulinait de sang. Et se mis en mouvement tel un monstre tenant debout par des forces inconnues, attaquant sans relâche sa proie. Zia s’efforçait d’esquiver. Mais une attaque la toucha la main de Zamy la transperça, il la retira violemment Zia criait de douleur. Elle tomba au sol, Zamy qui avait retrouvé son état normal était lui aussi à terre, il rampa vers elle. Zia agonisant vis la main de son adversaire ce placer au-dessus d’elle, elle tourna la tête vers Zamy.

Zia : « Alors c’est ainsi que ça se fini (crache du sang), tu es bien le monstre que les légendes décrivent, je trouve même qu’elles n’ont pas été assez durent… »

Zamy : « Peut-être, mais si il y a bien une chose que je sais c’est que ce n’est pas la fin pour toi, pas ici. »

Zia surprise par ces paroles contemplait le visage de Zamy, un visage qui affichait un sourire serein et calme le monstre avait disparu. Laissant place à un homme qui autrefois avait eu un cœur à aimer les autres. Zia soudainement se senti légère comme flottant dans l’air, elle vit une lueur partir de son corps se dirigeant dans la paume de Zamy. Elle eut l’impression de se décomposé puis de faire un long voyage pour finir elle se réveilla dans un endroit inconnue.

Kami : « Bienvenu dans le monde des morts, pays où il fait bon vivre ! Enfin une fois mort… »

Zia : « Où suis-je ? Qui êtes-vous? »

Kami : « Faudrait voir à écouter quand je parle. Vous êtes dans ce qui est communément appelé le monde des morts ma belle dame, et je suis Kami. Jadis appeler le démon rouge le maître de ces lieux en l’absence de son créateur. »

Zia : « Hein ?! Je suis morte alors ? Vous voulez dire que suis en enfer ? »

Kami : « On se calme une question à la fois premièrement tu n’es pas morte, deuxièmement je te déconseille de bouger t’es blessure sont loin de s’être refermé. Ensuite tu n’es ni en enfer, ni au paradis. Zamy t’a joué un tour après t’avoir battue il t’a envoyé ici pour faire de toi son allié. »

Zia : « Comment ça, il vient de me battre comment pourrais-je devenir son allié et vous dîtes être le démon rouge ?! »

Zia se demandais dans quel endroit de fou était-elle bien tombé, Kami lui expliqua les détails et les souhaits de Zamy à son propos.

Zia : « Vous êtes en train de me dire que Zamy m’a épargné parce qu’il pense que j’ai bon fond et me veut comme allié ?! Mais je suis prisonnière de ce monde pour trente ans, c’est une punition ? »

Kami : « Oui et non, trente ans c’est le temps que ton corps va mettre à ce régénérer avant de pouvoir retourner sur terre. Pendant ce temps je vais t’envoyer faire le ménage en enfer tu pourras y faire ce que bon te semble. »

Pendant ce temps sur Terre, les gens de la ville s’était rués sur les lieux du combat, une équipe médicale avait été dépêchée après la découverte du corps de Zamy sans aucun signe de vie. Après une vingtaine de minutes les médecins déclarèrent le démon noir mort.

SUITE —>